Atelier « Cultures du végétal »

Vous êtes invités à participer à l’atelier de l’axe Cultures du Végétal de la SFR Confluences qui aura lieu le jeudi 30 mai de 9h30 à 12h30 à la MSH en salle Frida Kahlo.

Programme :

9h30-11h Présentation de travaux de recherche

-Benjamin Buisson (CERHIO). « L’histoire du pôle végétal 1965-2005 : état des lieux et questions. »

-Cristiana Oghina-Pavie (CERHIO). « Les rosiers du XIXe siècle : un défi interdisciplinaire. »

-Anaïs Boulard (CERIEC). Étudier l’inquiétude écologique en littérature : intérêts, approches et difficultés. »

 11h15-12h15 Conférence de Rachel Bouvet (Université du Québec, Montréal) «  L’imaginaire végétal dans l’œuvre de Marie Le Franc »

Présentation de Marie Le Franc :

Écrivaine difficile à classer, bretonne d’origine et québécoise d’adoption, Marie Le Franc (1879-1964) a toute sa vie durant fait l’aller-retour entre les deux côtés de l’Atlantique, entre les paysages fondateurs —la presqu’île de Rhuys dans le Morbihan—, et les paysages découverts à l’âge adulte —la forêt laurentienne, l’hiver canadien, les villages de pêcheurs gaspésiens. Deux romans surtout, Grand-Louis l’innocent, ayant obtenu le prix Fémina en 1927, et Hélier fils des bois(1930), ont retenu l’attention des critiques. Deux héros tellement liés à leur environnement (la lande bretonne pour le premier, la forêt canadienne pour le second) qu’on a l’impression qu’ils en sont l’émanation. Son œuvre comporte deux cycles, qui ne correspondent pas à une découpe temporelle, mais spatiale : le « cycle canadien » et le « cycle breton ». La distance et l’expérience du déplacement sont le moteur de l’écriture, qui se nourrit des paysages familiers ou découverts lors d’un voyage, des sensations vécues au contact d’une nature qui, sans être totalement hostile à l’être humain, n’en demeure pas moins extrêmement difficile à habiter. Rarement considérée comme une écrivaine-voyageuse, alors même que son livre intitulé Au pays canadien-français (1931), ayant reçu le prix Montyon de l’Académie française, a été publié dans la collection «Voyageuses de lettres » des éditions Fasquelle, cette écrivaine a été oubliée par l’histoire littéraire, malgré sa participation à la Fondation de l’Académie de Bretagne en 1937 où elle a occupé le poste de vice-présidente. Plusieurs de ses textes ont fait l’objet de rééditions récemment, en Bretagne et au Québec. Je m’intéresserai dans cette conférence à l’imaginaire végétal tel qu’il apparaît dans son roman Hélier fils des bois à partir de l’étude des paysages sylvestres et de la dynamique de l’altérité.

Rachel Bouvet, Professeur à l’Université du Québec à Montréal est invitée par l’Université d’Angers au sein du laboratoire CERIEC fin mai-début juin. Vous pourrez la rencontrer également :

-mardi 28 mai à 18h à la MSH Amphi Germaine Tillion pour une conférence :

« Géopoétique, géocritique, écocritique : points communs et divergences ».

-mercredi 29 mai après-midi pour une initiation à la géopoétique dans le cadre d’un atelier de terrain (sur inscription auprès de Isabelle.Trivisani@univ-angers.fr).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *