Archives de catégorie : Confèrences

Marrakech : la ville oasis ?

Mustapha El Hannani et Aude Nuscia  Taïbi, maîtres de conférences et chercheurs au département de géographie de l’université
d’Angers proposent une déambulation dans les anciens et  nouveaux jardins de Marrakech : « Le paysage… un moyen de penser autrement le territoire au quotidien ».

8e Maghreb créateur de l’association Kalima

7 avril 2015, 20h

Institut Municipal, place Saint Eloi, 49 100 Angers

 

Denis Diagre – « Les mondes horticoles et botaniques belges, creusets d’une conscience écologique précoce »

Conf DenisDenis Diagre, Historien  au  Jardin botanique Meise Bruxelles (coll.sc. ULB)

Les mondes horticoles et botaniques belges, creusets d’une conscience écologique précoce

Le mardi 27 janvier 2015 à Agrocampus Ouest, 2 rue Le Nôtre- entrée libre

Conférence organisée en collaboration avec IFR Quasav.

 

Histoire et sciences du végétal : approches interdisciplinaires

histoire-biologieHistoire et sciences du végétal : approches interdisciplinaires

Colloque les 8 et 9 décembre 2014 à l’Université d’Angers

Programme : http://horticombio.blogspot.fr/2014/10/colloque-histoire-et-sciences-du.html

 

 

Le végétal performant

Cycle de conférences – Les mardis de Confluences – « le végétal performant » : http://confluences.hypotheses.org/763

 

Cycle de conférences-débats organisé en partenariat avec La Maison des Projets de la Ville d’Angers et Terre des Sciences

 « le végétal performant »

Mardi 14 octobre – 18 h / 20 h – Institut municipal – Entrée libre et gratuite

 Résumés des 2 conférences

Bertrand GUEST (maître de conférences en littérature générale et comparée à l’Université d’Angers) : S’il sera bien question de la « performance » tant nutritive que matérielle du végétal, Bertrand Guest abordera aussi son omniprésence et son efficace de longue date dans nos imaginaires, de l’architecture médiévale à la littérature contemporaine, à travers une promenade dans l’entrelacs de nos racines et des ramifications complexes de nos sociétés, fondées depuis longtemps bien que d’une façon changeante sur un substrat végétal. Le règne végétal s’avèrera sans doute le motif idéal pour une interrogation critique de la notion contemporaine de performance, à partir du paradoxe selon lequel le plus efficace des organismes est parfois aussi le plus lent et le plus apparemment inactif. L’objectif pourrait dès lors devenir de répondre à cette question: d’où nous vient l’idée que ce qui végète est moins « performant » ?

 

 

Jean-Pierre RENOU (directeur de l’Institut de Recherches en Horticulture et Semences, directeur de recherches à l’INRA) : La notion de performance est toute relative et dépendante de l’environnement dans lequel elle est amenée à s’exercer. Dans l’inconscient collectif, un végétal “performant” est celui qui rend le plus de services à l’homme, en terme de nutrition (répondre aux besoins alimentaires), voire de santé (diététique et nutraceutique), quelquefois de qualité de vie (plantes d’ornement ou espaces naturels protégés). Il faut cependant prendre conscience qu’il n’y a pas de performance absolue, mais que tout est affaire de compromis. Une variété végétale peut être considérée comme “performante” sur un caractère donné quand elle est cultivée seule dans une parcelle donnée avec un environnement donné, et être tout simplement incapable de se reproduire dans un espace naturel où elle subira une compétition féroce de la part des espèces sauvages indigènes. Dans ce cadre, elle sera alors dénuée de toute “performance”. Les anglo-saxons utilisent depuis longtemps la notion de “trade-off” (troc) pour expliquer la façon dont les être vivants gèrent l’affectation des “dépenses” consenties par les organismes pour faire face aux situations rencontrées. Par exemple un gain génétique en rendement peut s’accompagner d’une perte de qualité nutritive ou d’une plus grande sensibilité aux agressions climatiques ou biotiques. Inversement le développement d’une résistance à une maladie, parce qu’elle sera “couteuse” en énergie peut s’accompagner d’une baisse de qualité nutritive, ou de rendement. Pendant longtemps les dispositifs agricoles ont simplifié l’équation en tentant de contrôler l’environnement des plantes (techniques de culture et de récolte améliorées, irrigation, engrais, pesticides …..) et ont permis d’augmenter drastiquement la productivité agricole en combinant ces progrès techniques au progrès génétique (cf. la révolution verte liée à la découverte des céréales à paille courte). Mais les contraintes pesant sur l’environnement  évoluent et nous amènent à revoir la notion de performance de façon plus intégrative, y compris au niveau de la parcelle cultivée. C’est à dire plus en terme de recherche de meilleurs compromis : la meilleure productivité dans le plus grand respect de l’environnement pour préserver sa durabilité. C’est le double défi actuel de la sécurité alimentaire et de l’agroécologie. C’est un changement de paradigme pour les biologistes et agronomes qui ne peuvent plus adresser les questions d’amélioration (génétiques et techniques) autrement que de façon globalisée pour optimiser les coûts de “trade-off”. Un végétal cultivé devra être “globalement performant”, avant d’être “le meilleur dans un domaine spécifique”.

 

 

Coordonnateur du cycle : Arnaud De Lajartre –enseignant-chercheur – Directeur adjoint de la SFR Confluences

Contact :
Annie Ribrault   -MSH/SFR- 02 41 22 63 90

annie.ribrault@univ-angers.fr

Atelier : Jardins et collections

atelier  de l’axe « Cultures du végétal » de Confluences

le mercredi 17 septembre après midi de 14h30 à 17h a

u département botanique du Muséum des sciences naturelles d’Angers, à l’Arboretum Gaston Allard.

14h30 Visite de l’herbier et de la bibliothèque – par Thomas Rouillard, conservateur

16h Conférence de Denis Diagre, historien au Jardin botanique de Bruxelles « Le Jardin botanique de Bruxelles (1826-1940), miroir de la Belgique, enfant de l’Afrique »

Géopoétique, géocritique, écocritique: points communs et divergences – Rachel Bouvet

Rachel BouvetRachel Bouvet, professeure titulaire au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal, est professeure invitée  à l’Université d’Angers, au laboratoire CERIEC, fin mai-début juin 2013. Le 28 mai, à la Maison des Sciences Humaines, elle a donné une conférence intitulée : Géopoétique, géocritique, écocritique: points communs et divergences. Elle a eu la grande amabilité de répondre favorablement à la demande du public d’avoir accès au texte de sa conférence. Le texte est mis en ligne sur le blog Rachel Bouvet – littérature et géopoétique http://rachelbouvet.wordpress.com/

La promenade géopoétique du 29 mai sera également illustrée très prochainement sur son blog par une sélection d’images et un compte rendu.

 

 

 

Atelier « Cultures du végétal »

Vous êtes invités à participer à l’atelier de l’axe Cultures du Végétal de la SFR Confluences qui aura lieu le jeudi 30 mai de 9h30 à 12h30 à la MSH en salle Frida Kahlo.

Programme :

9h30-11h Présentation de travaux de recherche

-Benjamin Buisson (CERHIO). « L’histoire du pôle végétal 1965-2005 : état des lieux et questions. »

-Cristiana Oghina-Pavie (CERHIO). « Les rosiers du XIXe siècle : un défi interdisciplinaire. »

-Anaïs Boulard (CERIEC). Étudier l’inquiétude écologique en littérature : intérêts, approches et difficultés. »

 11h15-12h15 Conférence de Rachel Bouvet (Université du Québec, Montréal) «  L’imaginaire végétal dans l’œuvre de Marie Le Franc »

Présentation de Marie Le Franc :

Écrivaine difficile à classer, bretonne d’origine et québécoise d’adoption, Marie Le Franc (1879-1964) a toute sa vie durant fait l’aller-retour entre les deux côtés de l’Atlantique, entre les paysages fondateurs —la presqu’île de Rhuys dans le Morbihan—, et les paysages découverts à l’âge adulte —la forêt laurentienne, l’hiver canadien, les villages de pêcheurs gaspésiens. Deux romans surtout, Grand-Louis l’innocent, ayant obtenu le prix Fémina en 1927, et Hélier fils des bois(1930), ont retenu l’attention des critiques. Deux héros tellement liés à leur environnement (la lande bretonne pour le premier, la forêt canadienne pour le second) qu’on a l’impression qu’ils en sont l’émanation. Son œuvre comporte deux cycles, qui ne correspondent pas à une découpe temporelle, mais spatiale : le « cycle canadien » et le « cycle breton ». La distance et l’expérience du déplacement sont le moteur de l’écriture, qui se nourrit des paysages familiers ou découverts lors d’un voyage, des sensations vécues au contact d’une nature qui, sans être totalement hostile à l’être humain, n’en demeure pas moins extrêmement difficile à habiter. Rarement considérée comme une écrivaine-voyageuse, alors même que son livre intitulé Au pays canadien-français (1931), ayant reçu le prix Montyon de l’Académie française, a été publié dans la collection «Voyageuses de lettres » des éditions Fasquelle, cette écrivaine a été oubliée par l’histoire littéraire, malgré sa participation à la Fondation de l’Académie de Bretagne en 1937 où elle a occupé le poste de vice-présidente. Plusieurs de ses textes ont fait l’objet de rééditions récemment, en Bretagne et au Québec. Je m’intéresserai dans cette conférence à l’imaginaire végétal tel qu’il apparaît dans son roman Hélier fils des bois à partir de l’étude des paysages sylvestres et de la dynamique de l’altérité.

Rachel Bouvet, Professeur à l’Université du Québec à Montréal est invitée par l’Université d’Angers au sein du laboratoire CERIEC fin mai-début juin. Vous pourrez la rencontrer également :

-mardi 28 mai à 18h à la MSH Amphi Germaine Tillion pour une conférence :

« Géopoétique, géocritique, écocritique : points communs et divergences ».

-mercredi 29 mai après-midi pour une initiation à la géopoétique dans le cadre d’un atelier de terrain (sur inscription auprès de Isabelle.Trivisani@univ-angers.fr).

Paysage-le Grand Blanc

Conférence Confluences le mardi 18 janvier 2011 à 18h dans la salle Germaine Tillion de la Maison des sciences humaines (Faculté des Lettres, 5 bis Bd Lavoisier).

Madame Fabienne Joliet

 Professeure au département Paysage d’Agrocampus Ouest INHP Angers

L’Envers du Grand Blanc, par le paysage

 Le Grand Blanc est le mythe qui forge notre représentation occidentale de l’univers du Grand Nord Canadien, et donc un point de vue « à l’endroit ». Or, le regard inuit nous montre « l’envers » du décor, visité ici au travers de l’étude de paysages du Nunavik promis à un destin de Parc National. »
Séance animée par Mme Nuscia-Aude Taibi, MCF en  géographie à l’Université d’Angers (ESO-CARTA).

Franck Lestringant : Cultures du végétal dans le Brésil

Dans le cadre du cycle de conférence « Les mardis de Confluences » qui porte cete année sur les Amériques, l’axe Cultures du végétal présente la conférence de

 Franck Lestringant, Professeur de littérature française de la Renaissance à l’Université de Paris IV -Sorbonne, spécialiste des voyages français au Nouveau Monde au XVIe siècle et plus généralement de la littérature géographique

sur le thème
Cultures du végétal dans le Brésil de Jean de Léry et d’André Thévet

Séance animée par Mme Isabelle Trivisani-Moreau, MCF en  littérature à l’Université d’Angers (CERIEC).