Séminaire Parasitisme-Mutualisme

Les organisateurs du séminaire Histoire et végétal annonce la prochaine séance, le 27 mai 2011 de 13h à 14h

Parasitisme-mutualisme : quelles limites ?

Avec Philippe Simoneau (professeur à l’Université d’Angers, directeur de l’IFR Quasav) et Stéphane Tirard (professeur à l’Université de Nantes, directeur du centre François Viète).

Entrée libre et café offert, comme d’habitude.

Cultures du végétal

« Cultures du végétal » est un axe de recherche pluridisciplinaire en Lettres, Langues et Sciences humaines du programme Confluences de la Maison des sciences humaines de l’Université d’Angers.
Trois approches déclinent les concepts fédérateurs de végétal et du paysage.
La première considère la société et l’économie du végétal, comme évolution des systèmes de production et de consommation de l’agriculture et de l’horticulture, usages des plantes alimentaires, ornementales et médicinales. Il s’agit d’aborder le végétal comme un ensemble, afin de mettre en évidence l’interaction entre ses acteurs, la concurrence et la complémentarité des filières qui le composent, leur propension à innover, la spécificité commerciale et technique, les crises et les tournants, les organismes professionnels et syndicaux, les acteurs et les leaders.
La deuxième approche se focalise sur le caractère polysémique du concept de paysage, qui résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations et sur les représentations des végétaux et des jardins, comme images, textes, vocabulaires et symboles et constructions mentales à la croisée de périodes et de cultures différentes.
La troisième approche est une ouverture vers l’histoire des sciences de la vie et l’épistémologie des relations entre science et pratique dans le domaine du végétal.

Paysage politique. Le regard de l’artiste

Paysage politique, Le regard de l’artiste

Presses Universitaires de Rennes, 2011.

L e regard, tel est bien le point commun qui pourrait réunir les trois termes que cet ouvrage entend examiner dans leurs interactions : le paysage, la politique et l’artiste. Le paysage, c’est, à la diff érence du pays, ce qui se voit, ce qui a donc besoin d’un regard. La politique cherche, quant à elle, à donner du sens aux questions de l’environnement par l’élargissement des
perspectives : elle est donc en quête du meilleur point de vue. L’artiste enfi n’est un voyant qui sait découvrir derrière les choses ce que l’homme ordinaire n’a pas su percevoir, il sait regarder et pourrait satisfaire ces attentes d’un regard.
Parler du regard de l’artiste, c’est porter le débat sur une perception individuelle et assumée qui, par l’écrit et l’image, prend acte des modèles culturels du paysage repris, modifiés ou inventés. 

 
Issu du colloque du même titre, oraganisé à Angers en 2009 par le CERIEC, l’ouvrage est publié sous la direction d’ Isabelle Trivisani-Moreau, maître de conférences de littérature française du XVIIe siècle à l’université d’Angers. Ses recherches portent sur le paysage en littérature, le récit en prose au XVIIe siècle, romans et mémoires.

Histoire et végétal

Dans le cadre de l’axe »Cultures du végétal » de Confluences, le programme de recherche Horticombio : Complexité d’un espace épistémologique : la relation science-pratique dans le cas de la biologie végétale et de l’horticulture est porté par le CERHIO-Angers, en collaboration avec le Centre François-Viète d’histoire et d ‘épistémologie des sciences et des techniques de l’Université de Nantes et avec l’IFR 149 Quasav.  
Dans sa volonté de développer une analyse épistémologique, le projet traite simultanément de la situation actuelle et des évolutions historiques des relations entre la science et la pratique dans le domaine du végétal.

Plus d’informations, activités, manifestations sur le blog Histoire et végétal