Colloque “La quenouille, la gogane et le Ramsar. Cultures et imaginaires des milieux humides”

 

14 – 15 – 16 mai 2024

Maison de la recherche Germaine Tillion, Angers

Programme du colloque

La quenouille, la gogane et le Ramsar

Cultures et imaginaires des milieux humides

Mardi 14 mai (MRGT, Belle Beille)

8h30 Café d’accueil

9h Accueil et introduction

Temporalités et mutations 9h30-12h15

-Rachel Bouvet et Vincent Maire, Temporalité et imprévisibilité du lac St-Pierre

-Aziz Ballouche, Hamady Bocoum, Awa Niang Fall, Le moyen terme du temps long. Quelles articulations des échelles de temps sociétés/environnements d’une zone humide sahélienne ? (Lac de Guiers, Sénégal).

Pause 10h30-10h45

-Louise Couëffe, Herboriser en milieux humides. L’émergence de nouveaux imaginaires et pratiques botaniques dans l’Ouest de la France (XIXe siècle)

-Aquiles Simoes, Otávio do Canto, François Laurent, Les várzeas amazoniennes : usages traditionnels des ressources naturelles et mutations contemporaines

-Morgane Robert, De l’usage domestique des plantes dans les ravines du bas versant ouest de l’île de La Réunion : une évolution du rapport entre société, ressources naturelles et paysage végétal

12h30-14h00. Déjeuner sur place

Agir sur les représentations 

14h-15h30

-Sylvie Miaux, Javier Escamilla, Vincent Maire, Marylie Trudel, Louise Laigroz et Frédérique Bourdua, Science citoyenne, littérature et art : des ingrédients nécessaires à une meilleure connaissance et protection des milieux humides (le cas du boisé de la rivière Millette)

-Claire Cazajous-Augé, Du marais au texte : le travail de la référence dans The Wild Marsh (Rick Bass) et Fen, Bog and Swamp (Annie Proulx)

-Marc Bernardot, « (Don’t) Drain The Swamp ». Représentations politiques et esthétiques des milieux humides

Pause 15h30-16h

16h-17h30

-Daniel Finch-Race, Relire la géographie des milieux humides avec Corbière, Gautier et Rollinat

-David Montembault, La journée mondiale des zones humides : Un concentré d’images pour un nouvel imaginaire

-Fabienne Cavaillé, Défendre un milieu humide dans un procès fictif. Expérience pédagogique à l’université

18h00 Remise des prix du concours d’écriture

Mercredi 15 mai (Terrain et Qu4tre)

9h00-12h00

Balade géopoétique dans les Basses Vallées Angevines

Visite du projet de circuit pédagogique autour du Piron (Cheffes) avec Jacques Blondet, 1er adjoint mairie de Cheffes

Observations botaniques, ornithologiques, échanges sur les questions de gestion et d’aménagement des milieux humides, intermèdes musicaux et artistiques

Lecture de textes autour des milieux humides (dont lauréats du concours de nouvelles)

12h00- 14h00 Déjeuner « Le p’tit cheffes »

14h00-16h00 Table ronde « regards croisés sur les milieux humides dans les BVA, en France, au Brésil, au Canada. Pratiques, représentations, contraintes ». Animée par Céline Barthon (Géographe, France) avec Arnaud Delajartre (Droit de l’environnement, France), Otávio do Canto (Géographe, Brésil), Vincent Maire (Biologiste, Canada), Sylvie Miaux (Géographe, Canada), Jacques Blondet (Elu Cheffes, France)

17h00-21h Le Qu4tre (Centre culturel Université d’Angers)

Vernissage exposition d’Emmanuel Ruben

Performance peinture et musique « la note bleue » Cathy Pupin et Loïc Debaert

Projection du Film « Keɗoɗaa maayo / Ecoute le fleuve » de Marie Lorin et Franck Guillemain (59,31mn). Echange avec la réalisatrice M. Lorin

Jeudi 16 mai (MRGT, Belle Beille)

Représentations et Imaginaires

9h-10h30

-Marinella Termite, Les « belles envahissantes » dans l’écriture marécageuse : entre Sylvie Germain et Céline Curiol

-Anne-Rachel Hermetet, Terre d’acque : représentations et imaginaire des rizières dans la vallée du Pô

-François Sagot, S’approcher des marais via l’oeuvre poétique de René Guy Cadou

Pause 10h30-11h

11h-12h30

-Frédérique Spill, Fécondité de l’imaginaire du bayou dans In the Electric Mist with the Confederate Dead de James Lee Burke (1993)

-Xiaolu Tang, Métaphores et mythes : La Rivière Jiao chez Mo Yan

 -Clarisse Pinchon, Les justifications de l’existence des marais dans la pensée finaliste de Bernardin de Saint-Pierre

12h30-14h Déjeuner sur place

Faire avec, faire contre

14h-15h30

-Léa Paly, Faire avec le risque fluvial : enjeux contemporains de l’adaptation d’une société fluvial au risque inondation

-Margot Dentan, Faire avec, faire contre l’eutrophisation des zones humides : le cas de la gestion des communautés végétales dans les lagunes méditerranéennes françaises

-Sidia Diaouma Badiane, Zones humides et urbanisation : nécessité de cohabitation durable

Pause 15h30-16h

16h-17h30

-Hervé Davodeau, « Les secrets de Ramsar » : le vélo pour réenchanter la zone humide

-David Paquette-Bélanger, Réécrire la batture : le scirpe d’Amérique et le marais intertidal à la Réserve de faune d’Ajoaste-Cap-Tourmente

Conclusions et clôture du colloque

LIEUX DU COLLOQUE

-Maison de la Recherche Germaine Tillion. 5, boulevard Lavoisier, 49000 Angers

-Le Qu4tre. 4 allée François Mitterrand – Campus St Serge, 49000 Angers

Inscription obligatoire au lien suivant:

https://fua.univ-angers.fr/fua/Formulaire/AfficherFormulaire?idE=9935C06213D7A79CC829C3A2D07E4B11

Atelier scientifique ECOJEU “Éco-anxiété, jeunesse et représentations”

Vendredi 23 Février 14H-18H                                                                          Université d’Angers Campus Beille Amphi La Paserelle

Concours d’écriture Récits et imaginaires des milieux humides. Jusqu’au 15 mars.

L’axe 3 « Cultures du végétal et de l’environnement » de la SFR Confluences a le plaisir de lancer un concours d’écriture

Récits et Imaginaires des milieux humides 

Ce concours d’écriture en langue française est ouvert à toute personne âgée de plus de 18 ans dans le cadre du partenariat franco-canadien ReVe (Reconnecter avec le Végétal et l’Envrionnement ; UQAM-CRSH) lancé à l’initiative de l’axe 3 « Cultures du végétal et de l’environnement » de la SFR Confluences à l’UA. Il est réalisé avec le concours du réseau GRIVE, du Service Culture de l’Université d’Angers, de la Faculté Lettres, Langues et Sciences humaines et de la SFR Confluences.

Le concours d’écriture s’inscrit dans le cadre du colloque international « La quenouille, la gogane et le Ramsar. Cultures et imaginaires des milieux humides » qui se tiendra du 14 au 16 mai 2024 à la Maison de la Recherche Germaine Tillion, Angers.

Thème du concours

Les textes proposés au concours doivent s’inscrire dans le thème Récits et Imaginaires des milieux humides. Tout un arsenal imaginaire habite les milieux humides (étangs, marais, marécages, prairies humides, mares, vasières, tourbières, fagnes, et autres sagnes…) ; entre les plantes, les humains et les autres animaux, toutes sortes de pratiques ont aussi traversé ces espaces où l’intermittence de l’eau obligeait à s’adapter. C’est dans cet imaginaire et/ou ces pratiques, avec une attention particulière aux végétaux, que devront s’inscrire les textes proposés.

Ceux-ci pourront relever de la fiction ou du réel, prendre la forme de la nouvelle, du récit, du poème et (sans obligation) être accompagné d’une illustration (photo, dessin, peinture, carte…).

Présentation des textes

Les textes sont transmis au format Word, Open Office ou PDF. Le titre des textes doit être différent de l’intitulé du thème et figurera en haut de la première page. Tout signe, mention ou signature permettant une quelconque identification est proscrit et entraînera une disqualification du candidat. Les pages seront numérotées. Les textes seront présentés en police de caractères Times New Roman 12 avec interligne 1,5 et marges de 2,5 cm. Le nombre maximum de signes espaces compris est de 20 000.

Conditions générales de participation
  • Les textes doivent être anonymés (pas de signature, pas de mention figurant dans le texte permettant d’identifier l’auteur ou l’autrice) : un message d’accompagnement indiquant le titre du texte, le nom et les coordonnées de l’auteur ou de l’autrice devra être associé à l’envoi.
  • Une fois envoyé, le texte ne pourra être ni corrigé ni remplacé.
  • Les textes ne devront pas avoir été déjà primés ni publiés en livre, recueil, sur des sites internet ou des blogs jusqu’à l’annonce des résultats en mai 2024.
  • En cas de plagiat ou d’utilisation d’œuvres dont ils ne seraient pas les auteurs, les candidats seraient éliminés d’office.
  • Les membres du jury et les membres de leurs familles, ne sont pas autorisés à participer au concours. 
  • Chaque auteur ne peut proposer qu’un seul texte. 

Les textes devront être envoyés simultanément avant le 15 mars 2024 aux deux adresses suivantes :

isabelle.trivisani-moreau@univ-angers.fr et anne-laure.guillaumat@univ-angers.fr

Règlement du Concours d’écriture Récits et imaginaires des milieux humides

 

 

Conférence Vers une écopoétique bleue, du réenchantement du monde au bleuissement de nos imaginaires

 

L’axe 3 « Cultures du Végétal et de l’Environnement » de la SFR Confluences s’associe au 3L.AM et vous invite à la conférence organisée à l’occasion de l’arrivée à l’Université d’Angers de Béné Meillon, Professeure de Littérature américaine. Cette conférence vise à présenter les travaux de Béné Meillon dans le but de futures collaborations avec l’axe 3 de la SFR Confluences et le 3L.AM.

Elle aura lieu le mardi 5 décembre 2023 à 18h en salle Frida Kahlo, Maison de la Recherche Germaine Tillion.

Le mot de présentation de Béné Meillon:

 Cette présentation partira de l’écopoétique du réenchantement au cœur de mes travaux depuis 2015. Je préciserai d’abord les différentes facettes de ce réenchantement postmoderne qui s’inscrit à rebours des travers de la modernité et, simultanément, dans le sillon des sciences humaines et des sciences du vivant développées depuis la deuxième moitié du vingtième siècle. J’esquisserai dans les grandes lignes comment ce réenchantement émerge de la crise écologique, crise qui relève finalement ni plus ni moins d’une crise écopoét(h)ique. Dans un deuxième temps, je présenterai les premiers jalons d’un projet de recherche collectif en cours de construction, projet désigné par la formule polysémique et délibérément étrange sur le plan grammatical Sea More Blue. Embarquant l’écocritique et les humanités écologiques dans un décentrement radical, cette quête d’une écopoétique bleue et interdisciplinaire plonge dans des imaginaires de la mer et de l’océan qui nous invitent à prendre le large par rapport à des perceptions et des représentations du monde par trop centrées sur la terre.

 

 

CONFÉRENCE

« L’EAU – UN BIEN COMMUN »

Organisé par l’Axe “Cultures du végétal et de l’environnement “de la SFR Confluences  et le Conseil de développement Loire-Angers :

Florence DENIER-PASQUIER, Co-Présidente de France Nature Environnement Anjou, dressera un panorama de la situation actuelle, en particulier dans le département, sous un angle stratégique et politique (conflits, failles, freins..).

 

La quenouille, la gogane et le Ramsar. Cultures et imaginaires des milieux humides

Appel à communications Colloque international – Angers, 14-16 mai 2024

Au Canada, la quenouille (ou Typha spp.) est une espèce emblématique des rives et des marais qui jouait un rôle symbolique important chez les Premières Nations étant donné qu’elle servait à fabriquer des nattes de cérémonie ; tout en étant menacée par l’expansion rapide d’une plante invasive, le phragmite, elle fait l’objet d’un intérêt grandissant au Québec, à l’instar de nombreuses plantes sauvages, pour ses qualités nutritives et vannières. En Europe, la gogane (Fritillaria meleagris L.), signe saisonnier d’un milieu humide, est une plante endémique européenne bien implantée dans l’ouest de la France, mais qui a connu une régression en plusieurs endroits, même dans cette zone ligérienne qui lui est plutôt favorable. La biodiversité végétale pâtit des traitements réservés aux milieux dans lesquels elle a la possibilité de se développer.

Les milieux humides, où vivent humains, quenouilles, goganes et des milliers d’autres espèces végétales et animales, sont riches et fragiles à la fois. Ils ont fait l’objet d’usages multiples et souvent concurrents, dont la conséquence est aujourd’hui que ces milieux sont les premières victimes des dérèglements globaux de notre planète : c’est là que s’exercent en tout premier lieu l’érosion de la biodiversité ainsi que les perturbations du cycle de l’eau ou les dérèglements biogéochimiques. Étangs, marais, marécages, prairies humides, mares, vasières, tourbières, fagnes, et autres sagnes, ces milieux humides ubiquistes présents sur toute la surface du globe pourraient ainsi prétendre au titre de sentinelles de l’état de notre planète. Souvent négligés, dévalorisés, asséchés ou remblayés, ils ont perdu 54% de leur superficie à travers le monde dans les cent dernières années, et plus de 87% de leurs ressources globales auraient disparu depuis 1700 (Ramsar 2018 ; IPBES 2018). Ils sont pourtant reconnus pour fournir de multiples services écosystémiques à la société, notamment en séquestrant le carbone de l’atmosphère, en préservant la qualité de l’eau, en maintenant les rivages, en régulant le niveau des eaux souterraines, des inondations et de l’humidité du sol et finalement en offrant un habitat aux multiples espèces de ces écosystèmes (Thorslund et al 2017 ; McCartney et al 2010; Wood et al 2013; Meli et al 2014). De leur survie et du soin qu’on leur porte dépend le devenir des enjeux environnementaux, sociaux et économiques (Langergraber et al 2020).

La prise de conscience à un niveau international de la nécessité de préserver ces milieux humides a pris, il y a un demi-siècle, la forme d’un traité intergouvernemental, la Convention Ramsar, à laquelle se sont progressivement ralliés cent soixante-douze États membres. Rappelant les « fonctions écologiques fondamentales des zones humides en tant que régulateur du régime des eaux et en tant qu’habitats d’une flore et d’une faune caractéristiques » et la conviction « que les zones humides constituent une ressource de grande valeur économique, culturelle, scientifique et récréative, dont la disparition serait irréparable », la Convention affirmait la nécessité d’une « action internationale coordonnée ». Par l’inscription de certains sites en tant que zones humides d’importance internationale au titre de la Convention de Ramsar, comme par la recherche d’autres labels comme les sites Natura 2000 en Europe, les acteurs politiques s’engagent dans des démarches écologiques au long cours qui nécessitent débats, aménagements et adaptations à toutes les échelles, du plus local à l’international, et dans tous les domaines, de l’agriculture à l’aménagement du territoire, de la protection des écosystèmes aux perceptions culturelles liées à de tels espaces.

Si la gestion des milieux humides est un domaine bien reconnu par les chercheurs de différents domaines (écologues, biologistes, géographes, juristes…), la diversité de leurs perceptions culturelles ne peut plus être envisagée comme un terrain d’étude éloigné de l’action. En témoignent les travaux du Groupe d’Histoire des Zones Humides[1], convoquant l’histoire, la littérature, les usages et les représentations dans l’appréhension systémique de ces milieux en danger, ainsi que les nombreux dispositifs intersectoriels qui allient recherche interdisciplinaire, arts, associations de protection de la nature et ingénierie écologique. En effet, la démonstration scientifique de l’importance cruciale de ces milieux n’efface pas les préjugés à leur égard (Gobster et al., 2007). Aux manifestations scientifiques traditionnelles se sont ajoutées diverses formes de médiation, comme la pratique des promenades respectueuses de ces milieux fragiles où se mêlent désir de connaissance et quête d’un retour à la nature (Mailhot et al., 2022), ou encore la promotion d’espèces parapluie, dont la préservation est garante de beaucoup d’autres, et/ou d’espèces phares qui favorisent l’adhésion des politiques et du public (Runge et al. 2019). Les dimensions culturelles des milieux humides, lieux de sociabilité majeurs, particulièrement dans les régions sèches, comme l’expriment les poèmes de la région du fleuve Sénégal (Bourlet et al 2023), fondamentales pour définir des modalités de gestion et aménagement adaptés et efficaces (Wantzen et al 2016), sont pourtant mal connues et reconnues (Requier-Desjardins et al 2021), malgré l’inscription d’un objectif spécifique pour leur meilleure prise en compte dans les plans stratégiques 2009-2015 et 2016-2024 de la convention Ramsar (Ramsar 2010 ; 2016).

Ce colloque s’intéressera plus spécifiquement aux végétaux des milieux humides dans un esprit de rencontre entre des cultures et des imaginaires. Il est organisé par l’axe « Cultures du végétal et de l’environnement » (SFR Confluences, Université d’Angers) dans le cadre sa participation au réseau interdisciplinaire ReVe « Reconnecter avec le Végétal et l’Environnement » (UQAM-CRSH). Prolongeant une collaboration de longue date entre l’Université d’Angers et l’UQAM sur l’imaginaire botanique et environnemental, ce colloque convoque l’esprit du programme ReVE : croiser les regards disciplinaires, dialoguer entre sciences et arts, tisser des liens entre recherche et acteurs territoriaux, confronter les représentations culturelles entre Europe, Amériques et Afrique. Après un atelier à Trois Rivières (Canada) en juin 2023 qui a impliqué des chercheurs canadiens et français, le colloque, grâce à l’association de chercheurs brésiliens et travaillant sur de mêmes objets en Afrique, veut étendre la démarche comparatiste entre plusieurs aires d’Europe, des Amériques et d’Afrique.

Le colloque souhaite se tourner vers ces perceptions culturelles, pour mieux mesurer le rôle qu’elles ont joué et qu’elles pourraient à l’avenir avoir dans le rapport que les populations et les individus entretiennent et construisent avec ces milieux. Autour de ces milieux humides, ce qu’on voudrait mettre à jour, c’est tout l’univers culturel et imaginaire qui les a entourés au fil des siècles, univers dont les traces sont pour les unes encore présentes dans la mémoire des hommes mais dont les autres sont parfois oubliées. Tout un arsenal imaginaire habite les zones humides, arsenal dont la particularité est de ne pas se présenter sous un jour immédiatement plaisant, et parfois même fort sombre, ce qui est sans doute partiellement à l’origine de la défiance et des dégradations qu’elles ont subies. Entre les plantes, les humains et les autres animaux, toutes sortes de pratiques ont aussi traversé ces espaces où l’intermittence de l’eau obligeait à s’adapter.

Trois directions pourront être explorées pour les communications qui prendront soin de rester dans les limites posées par la définition des zones humides du Code de l’Environnement français (art. L.211-1) « terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire, ou dont la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année. » :

Temporalités des zones humides : marquées par des rythmes variés, les milieux humides se métamorphosent selon les saisons, les crues, les inondations, les cycles biogéochimiques. Les végétaux y suivent des cycles phénologiques propres, saisonniers ou pluriannuels, les oiseaux vont et viennent selon les migrations, l’occupation humaine y varie selon les époques. Cette temporalité peut ainsi se mesurer sur des temps courts ou longs, jusqu’à l’échelle géologique.

Faire avec, faire contre : les fonctions des milieux humides sont diverses. Espaces agricoles, ils servent à l’élevage, à la riziculture, à la silviculture… Ils ont aussi une fonction écologique par la richesse de la biodiversité qu’ils abritent. Dans les pratiques, ces fonctions entrent souvent en conflit et font des zones humides des lieux de débats, de controverses, parfois de conflits et d’occupations, entre préservation et mise en valeur. L’approche interdisciplinaire peut-elle être un moyen de mettre à distance ces conflits potentiels ? Placer le végétal au centre de l’attention permet-il de concilier une pluralité des fonctions ?

Représenter, raconter, relire les zones humides : les perceptions des zones humides ont varié dans le temps et demeurent non neutres, ce qui est à l’origine d’une diversité dans les représentations. Souvent vus comme des lieux difficiles d’accès ou inhabitables dans les œuvres littéraires, dans les productions artistiques, au cinéma, ils constituent des refuges pour les marginaux, des lieux de résistance ; c’est là que disparaissent les cadavres, que se cachent les criminels, que se terrent les monstres, c’est le domaine des feux-follets, des spectres et autres phénomènes étranges, etc. Il s’agira d’étudier cet imaginaire dont on peut penser qu’il a aussi un impact sur la réflexion des gestionnaires et des politiques. Il s’agira non seulement d’analyser ces représentations dans différents contextes géographiques, notamment en Europe, aux Amériques et en Afrique, mais aussi de s’interroger sur l’aveuglement face aux plantes des milieux humides, dont la relative absence dans les imaginaires porte à réflexion. Enfin, on se demandera si ces représentations peuvent constituer un dispositif de reconnexion de nos sociétés avec ces espaces souvent dépréciés ou non perçus que sont les milieux humides.

Bourlet M., Taïbi AN., Lorin M., Leblon A., El Hannani M., Sow A, 2023, Poèmes et paysages de l’eau : tisser, révéler des liens dans la vallée du fleuve Sénégal», Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 1041.

Gobster P.H., et al, 2007, The shared landscape: what does aesthetics have to do with ecology? », Landscape ecology, vol. 22, no 7, p. 959-972

Langergraber, G., B. Pucher, L. Simperler et al. 2020 «Implementing nature-based solutions for creating a resourceful circular city », Blue-Green Systems, vol. 2, no 1, p. 173-185.

Mailhot A-A., Dubé N., Bouvet R., Lajoie R., 2022, Immersion dans l’univers végétal des milieux humides, 21e carnet de navigation de la Traversée Atelier géopoétique, https://latraverseegeopoetique.com/immersion-dans-lunivers-vegetal-des-milieux-humiades/

McCartney M.P., Rebelo L-M., Senaratna Sellamuttu S., de Silva S. 2010. Wetlands, agriculture and poverty reduction. Colombo, Sri Lanka: International Water Management Institute (IWMI). 39p. (IWMI Research Report 137).

Meli, P., Rey Benayas, J. M., Balvanera, P., and Martínez Ramos, M. (2014). Restoration enhances wetland biodiversity and ecosystem service supply, but results are context-dependent: A meta-analysis. PloS one 9 (4), e93507. doi:10.1371/journal.pone.0093507

Ramsar, 2012. Resolution XI.13. An integrated framework for linking wetland conservation and wise use with poverty eradication, 11th Meeting of Conference of the Parties to the Convention on Wetlands, ‘Wetlands: home and destination’, Bucharest, 6-13 July, Gland

Ramsar, 2016. 4e Plan stratégique 2016-2021. Convention relative aux zones humides d’importance internationale, particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau, Gland (Suisse), Secrétariat convention de Ramsar

Ramsar Convention on Wetlands. 2018. Global Wetland Outlook: State of the World’s Wetlands and their Services to People. Ramsar Convention Secretariat, Gland

Requier-Desjardins M, Chazée L., Khechimi W., Anougmar S., Garrabé M. 2021, Les services écosystémiques culturels rendus par les zones humides protégées en Méditerranée : élaboration d’un indicateur de suivi. Nat. Sci. Soc., 29 4, 423-438

Runge C.A, et al., 2019, Single species conservation as an umbrella for management of landscape threats, PlosOne.

Thorslund J., Jarsjo J., Jaramillo F., et al, 2017, Wetlands as large-scale nature-based solutions:  Status and challenges for research, engineering and management, Ecological Engineering, vol. 108, p. 489-497.

Wantzen K.M. et al., 2016. River Culture : an eco-social approach to mitigate the biological and cultural diversity crisis in riverscapes. Ecohydrol. Hydrobiol. http://dx.doi.org/10.1016/j.eco- hyd.2015.12.003

Wood A, Dixon A, McCartney M, 2013. Wetland Management and Sustainable Livelihoods in Africa, Earthscan, Routledge, Abingdon, p. 281

Les propositions de communications sont à envoyer pour le 31 octobre 2023 conjointement aux cinq adresses suivantes :

bouvet.rachel@uqam.ca ; Francois.Laurent@univ-lemans.fr ; cristiana.pavie@univ-angers.fr ; nucia.taibi@univ-angers.fr ; isabelle.trivisani-moreau@univ-angers.fr

Elles comporteront un titre et ne dépasseront pas 2000 signes (espaces compris). Elles seront accompagnées d’une brève biobibliographie (maximum : 1000 signes espaces compris)


[1] https://www.ghzh.fr/index.php/publications

Masterclass avec Emmanuel Ruben. Ecrire en archipel

Lundi 14 novembre. MRGT. Salle F. Kahlo

Masterclass ouverte au public avec la participation des étudiants de M1 et M2 LLPC

Danubie, d’après la carte de Mercator

Autour de ses livres et de son invention littéraire, cartographique, géopolitique et géopoétique du pays de la Zyntarie, Emmanuel Ruben explique comment faire de  la littérature en géographe à travers trois voies :

-De la géographie à la littérature : l’invention d’un pays imaginaire ou comment concurrencer le réel

-L’épuisement du pays imaginaire : retour à la géographie réelle et pratique de la littérature en mode mineur

-Comment retrouver les traces du pays perdu ?

 

Colloque International “Le végétal dans les villes coloniales. Enjeux patrimoniaux et de qualité de vie”

Angers, 15-16 novembre 2022

15 novembre : MRGT SFR Confluences Université d’Angers (Amphi Germaine Tillion) (5 bis Boulevard Lavoisier, Angers)

16 novembre: CAUE 49 (312 av. René Gasnier, Angers)

Au terme de 3 ans de programme Hubert Curien Maghreb « Le végétal dans les villes coloniales maghrébines ; Marrakech, Alger, Sousse. Enjeux patrimoniaux et de qualité de vie » débuté en janvier 2020, qui associe des équipes de géographes, d’écologues, de paysagistes, d’historiens et de littéraires, des universités d’Angers (France), de Cadi Ayyad de Marrakech (Maroc), de Sousse (Tunisie) et de l’USTHB d’Alger, un bilan peut être proposé pour ces villes de « pays du Sud », en le confrontant aux expériences dont ce végétal en ville fait l’objet dans les « pays du Nord ».

En effet, les enjeux du végétal en ville, qui font l’objet de très nombreuses études dans les « pays du Nord » ces dernières décennies et y sont largement intégrés dans les politiques publiques (Laille et al., 2013; Selmi et al., 2013 ; Mathis & Pépy, 2017), ne sont par contre pas une préoccupation majeure dans les villes des « pays du Sud », qui sont pourtant très étudiées mais essentiellement sous l’angle des enjeux de développement urbain, urbanistique fonctionnel et socio-spatial (Fournet-Guérin, 2008). L’analyse des services écosystémiques urbains montre le même déséquilibre, très largement sous représentée pour le continent africain de manière générale à l’exception de quelques villes sud-africaines (Cape Town et Durban) ou de Lagos au Nigéria (Luederitz et al., 2015) par exemple. D’autre part, seuls quelques inventaires du végétal et des arbres en ville existent en Asie (Jim, 1987 ; Nagendra & Gopal, 2010), au Maroc (Bekkouche et al., 2011 ; El Faïz et al., 2016) ou en Tunisie (Brandes, 1998), ou s’intéressent uniquement à certains types de quartiers, notamment bidonvilles, en Afrique (Gallaher et al., 2013) ou en Inde (Gopal & Nagendra, 2014).

Pourtant, les bienfaits du végétal, désignés sous l’appellation de services écosystémiques, sont de plus en plus reconnus et mis en avant dans les projets et politiques urbaines locales, nationales et internationales (Musy, 2014 ; Clergeau, 2020). Les enjeux du cadre et de la qualité de vie et des services écosystémiques liés au végétal dans ces villes de « pays du Sud », souvent chaudes, polluées, à croissance urbaine mal maîtrisée, stressantes et à forte population pauvre, y sont peut être plus importants que dans les villes plus « policées » des pays occidentaux (Yengué, 2014).

Ces fonctions ou services écosystémiques se définissant par les bénéfices apportés par les écosystèmes aux sociétés humaines (Millenium Ecosystem Assessment, 2005), ces enjeux sont étroitement liés à ceux du développement durable, la référence à la qualité de vie et à la durabilité étant devenue un principe normatif des politiques publiques de développement. En effet, le végétal prodigue notamment des services écologiques de régulation thermique, de régulation des pollutions de l’air et des eaux pluviales, des services sociaux et culturels procurant des bénéfices récréatifs, esthétiques, paysagers et spirituels et des services économiques d’alimentation (Dobbs et al., 2014) particulièrement adaptés aux contextes et enjeux des villes du Sud. Les enjeux patrimoniaux sont également importants, notamment dans un contexte de développement touristique qui cherche à diversifier ses ressources et c’est notamment dans cette dynamique internationale, que les villes maghrébines notamment du Maroc et de Tunisie, montrent un regain d’intérêt pour ce végétal et que diverses politiques publiques ont été initiées ces dernières années.

Cependant, la seule comptabilisation des parcs et des jardins publics, largement mise en avant au titre des actions des pouvoirs publics, est loin de rendre compte de la couverture végétale réelle d’une ville. En effet, le végétal en ville, c’est l’ensemble des espaces végétalisés, privés ou publics (au sens de l’ouverture au public ou celui de la propriété foncière du terrain), gérés mais aussi délaissés ou spontanés, situés à l’intérieur ou à proximité d’une « aire urbaine ». Il concerne également les plantes isolées comme les formations végétales très développées (boisement, haies, friches, pelouses, etc.), les plantes ornementales comme les plantes nourricières de l’agriculture urbaine.

Il s’agit avec ce colloque de nous intéresser plus spécifiquement aux villes colonisées par des pays européens au Maghreb, en Afrique sub-saharienne ou en Asie, voire en Amérique centrale et du sud, toutes profondément transformées et façonnées pendant la période coloniale. Certaines villes comme Alger ou Marrakech ont ainsi fait partie des « villes-laboratoires » dans le domaine de l’urbanisme colonial que l’on retrouve dans tout l’empire français (Forestier, 1997, Coquery-Vidrovitch, 1988 ; Goerg, 2006 ; Taïbi et El Hannani, 2019), et le végétal participe de ces modèles urbains, hier comme aujourd’hui (Gillot, 2014). Le végétal colonial, qui constitue dans ces villes un patrimoine souvent délaissé, vient s’intriquer aux héritages antérieurs, arabo-amazigh, turcs, romains, byzantins, etc., et aux nouveaux espaces publics et privés créés après les indépendances et aujourd’hui.

Le végétal est souvent un élément majeur de ces villes, que ce soit le végétal aux fonctions alimentaires des zones agricoles urbaines privées, le végétal domestiqué public des parcs et jardins et des arbres d’alignement notamment des quartiers coloniaux, ou celui plus ou moins spontané. Les reliques pré-coloniales s’intriquent à celles plus ou moins dégradées de la période coloniale et les nouvelles formes post-coloniales privées et publiques.

Par ailleurs, ce végétal constitue dans ces villes, un marqueur de l’espace soulignant ou créant notamment une ségrégation socio-spatiale en partie héritée de la période coloniale entre les villes européennes et les villes indigènes, ou aujourd’hui entre quartiers de villas et quartiers paupérisés.

Elément de marketing territorial, ce végétal a parfois profondément marqué les imaginaires et s’affiche dans les récits de voyageurs ou littéraires. En effet, ce végétal est parfois indissociable des représentations iconographiques et des descriptions d’écrivains et voyageurs, et sert de support marketing pour le tourisme dans certaines villes, comme à Marrakech (Maroc) par exemple (Chevrillon, 2002 ; Tharaud, 1920 ; El Hannani et al., 2017), même si cette image de villes vertes, qui perdure depuis la période coloniale, est de plus en plus déconnectée des réalités au fur et à mesure de l’extension et la densification de ces villes dès la période coloniale, se traduisant par l’accentuation de leur caractère minéral. Le végétal ayant tendance à reculer dans l’espace public où il n’est souvent plus représenté que par quelques arbres alignés le long de certaines voies de communication et quelques jardins souvent mal entretenus à l’exception de quelques uns emblématiques restaurés, il reste par contre bien représenté dans les lieux touristiques, et certains quartiers de villas, où il se développe également dans l’espace privé des jardins.

Ces villes sont aujourd’hui pour la plupart confrontées d’un côté à la demande pressante de logements de qualité par une population croissante, impliquant densification et/ou étalement urbain, et donc recul du végétal en ville, et de l’autre, à des enjeux environnementaux majeurs en contexte de changement climatique qu’il faut anticiper et dont il faut limiter les effets, et assurer simultanément un cadre de vie de qualité aux habitants.

Ce colloque qui s’adresse aux diverses communautés scientifiques ainsi que professionnels de géographes, historiens, architectes-urbanistes et paysagistes mais aussi littéraires ou écologues, s’intéressera au végétal patrimonial des jardins historiques et coloniaux, aux espaces agraires urbains et péri-urbains, aux arbres d’alignement et remarquables, ainsi qu’au végétal des espaces publics et privés post coloniaux.

Les thématiques abordées peuvent concerner les politiques publiques et les formes publiques et privées de création et de gestion des espaces verts dans les villes coloniales, que ce soit par les pouvoirs publics ou les paysagistes et architectes-paysagistes. On s’intéressera aussi aux processus de construction/préservation des paysages végétaux dans les villes coloniales ainsi qu’aux fonctions actuelles et passées de ce végétal urbain ou péri-urbain, non seulement les fonctions et services écosystémiques classiques, mais également les fonctions spécifiques aux environnements coloniaux du végétal comme élément de domination, et aujourd’hui de ségrégation socio-spatiale.

Ces analyses pourront s’appuyer sur des corpus littéraires, des archives, de l’imagerie satellitaire et aérienne ou de l’iconographie, comme des travaux de terrain d’enquête ou d’observation paysagère.

On pourra aussi aborder le végétal comme élément de « patrimoine » ou « héritage » dans les villes coloniales et ses dynamiques d’évolution à échelle historique. La question du végétal comme support marketing des villes du sud pourra aussi être intéressante.


Mardi 15 novembre 2022

Lieu : MRGT SFR Confluences Université d’Angers (Amphi Germaine Tillion) (5 bis Boulevard Lavoisier, Angers)

– 9h Accueil, inscriptions

– 9h30 : Inauguration et introduction

– 10h-12h30 : communications (4) et discussion

10h- HD Acosta « Trois rôles du végétal dans la conformation d’un paysage urbain colonial et postcolonial au bassin Caraïbe »

10h30- Moktar Diouf et Fréderic Alexandre « Évolution de la place et des fonctions du végétal dans trois villes sénégalaises issues de la colonisation : Dakar, Ziguinchor et Tambacounda »

11h- Abdelali Gourfi et al. « Evolution spatio-temporelle du végétal au Maghreb, cas des villes de Marrakech, Alger et Sousse »

11h30- Catherine Fournet-Guérin « Antananarivo, ville verte ? Présence, origines et représentations divergentes de la végétation urbaine dans une métropole d’un pays du Sud »

12h- Discussion

– 12h30-13h45 : Pause déjeuner et présentation des posters

Adel Ben Youssef « Le Parc Charles Nicolle de Sousse : naissance, évolution et « résistance » d’un monument naturel (1919-2022) »

Mamoudou Arafat « L’arbre dans une cité coloniale sahélienne : l’exemple du Diamaré dans l’Extrême-Nord Cameroun »

K.E.E. Ametovena, B. Toulouse « Le déficit en arbre d’alignement et espace vert dans les espaces publics et privés et ses impacts socio-économiques d’une ville coloniale. Exemple de la ville de Lomé- Togo »

Idir Benaidja « Formes et fonctions du végétal dans les paysages agricoles de la colonisation française en Algérie »

H. Maghmouli « Le végétal comme élément de composition au sein des établissements sanitaires coloniaux. Cas de l’hôpital du Dey à Alger »

Houda Manjra « Les Parcs disparus de Casablanca ? »

– 13h45-16h : Communications et discussion (4)

13h45- Safa Bel Fekih Boussema, Marianne Cohen, Faiza Khebour Allouche « La Trame Verte urbaine au service de la ville durable : Cas de la ville de Sousse, Tunisie » (à distance)

14h15- Imène Zaâfrane Zhioua « Tunis, le système de parcs et jardins dans la ville coloniale : formes patrimoniales, représentations et usages contemporains » (à distance)

14h45- Myriam Bennour Azooz « L’arbre colonial de Tunis entre hier et aujourd’hui, un chemin vers l’appropriation »

15h15- Rania Ajmi et al. « La végétation en ville à travers le prisme des habitants. Cas de la ville de Sousse »

15h45- Discussion

– 16h15-16h30 : Pause café

– 16h30-18h : communications et discussion (3)

16h30- Nassima Baziz « Réappropriation d’un jardin colonial du centre-ville constantinois – Cas de l’ancien parc Valée »

17h- Hawa Bara et al. « Le végétal en ville coloniale, le cas d’Alger, l’objet, ses trajectoires sa patrimonialisation »

17h30- Morgane Andry « Le végétal au service de la promotion des destinations insulaires : Une analyse sociolinguistique des discours touristiques sur l’île de La Réunion »

20h- Diner de gala (sur réservation)

Mercredi 16 novembre 2022

Lieu : CAUE 49 (312 av. René Gasnier, Angers)

– 9h-10h30 : communications et discussion (3)

9h- Wafaa Benhsain, Salima Salhi « La Gouvernance des jardins dans un territoire doublement labellisé cas de l’ancienne médina de Marrakech »

9h30- Salima Salhi et al. « Accès aux espaces verts : Une disparité spatiale révélée par la distribution des espaces verts dans la commune urbaine de Marrakech, Maroc »

10h- Hakim Cherkaoui « La végétalisation citoyenne dans les quartiers informels au Maroc »

-10h30-10h45 : pause café

10h45-12h15 : communications et discussion (2)

10h45- Diedhiou Secou Omr et al. « Conservation et durabilité de la strate arborée en milieu urbain : arbres et bois sacrés dans la commune de Ziguinchor (Sénégal) »

11h15- Assonsi Soma « Le parc urbain Bangr-weogo de Ouagadougou : un vivier ancestral et colonial au prisme du commun dans une ville sahélienne »

11h45- Discussion

– 12h15-13h30 : Pause déjeuner

– 13h30-16h : Table ronde « regards croisés professionnels et scientifiques sur le végétal en ville des pays du nord et du sud ». Intervenants : Jean-Pierre Ducos (directeur CAUE 49), Jean-Louis Yengué (Professeur U. Poitiers), Gaelle Gillot (MCF U. Paris 1), Kevin Lelièvre (Paysagiste Marrakech), Sahraoui Bensaïd (Enseignant chercheur USTHB Alger). Modérateur Mustapha El Hannani (MCF U. Angers)

– 16h-17h : Discussions et Clôture

Exposition de peintures et dessins « Les arbres de Marrakech » par Cathy Pupin, artiste plasticienne nantaises



La participation au colloque fait l’objet d’une inscription payante qui inclut les documents du colloque, les pauses café et les 2 buffets repas de midi les 15 et 16 novembre :

50€ pour les enseignants-chercheurs et autres statuts de pays du nord

25€ pour les enseignants-chercheurs et autres statuts de pays du sud

20€ pour les étudiants

Le dîner de gala le soir du 15 novembre est ouvert sur inscription pour un montant de 35 €. Il aura lieu dans un restaurant de la ville d’Angers.

Les paiements devront se faire par carte bleue ou chèque exclusivement à partir du lien suivant : https://fua.univ-angers.fr/fua/Formulaire/AfficherFormulaire?idE=51287F07264D23F7720FB5E03B88DB86

  • Contact

nucia.taibi@univ-angers.fr

mustapha.elhannani@univ-angers.fr

Atelier de lecture autour du livre d’Anna L. Tsing Proliférations

5 juillet 2022 de 15h à 17h. MRGT. Salle F. Kahlo. En partenariat avec la SFR QUASAV

 

Présentation de l’ouvrage : 

La prolifération comme condition écologique et anthropologique contemporaine – une clef pour comprendre l’état du monde

Maladies émergentes, extinctions, plantes invasives : dans les « ruines du capitalisme », une foule de vivants se met à habiter les écosystèmes de façon troublante.

Là où les êtres humains détruisent les équilibres, les vivants se mettent à proliférer. Nous avons envahi le monde ; en retour le vivant prolifère.

L’anthropologue explore ici, en trois courts textes, les différentes facettes des multiples déséquilibres biologiques en cours.

 

L’autrice

Anna Tsing (née en 1952) est professeure d’anthropologie à l’université de Californie. Son travail sur l’anthropologie multi-espèces et la globalisation est devenu une référence au sein des pensées de l’écologie. Elle est notamment l’autrice du Champignon de la fin du monde (La Découverte, 2017).

Projet GRIVE. Première Rencontre des partenaires

16 juin 2022, en ligne.

Après le projet Imaginaire botanique, c’est une nouvelle collaboration avec une équipe canadienne qui s’amorce en 2022 jusqu’en 2025 autour du projet GRIVE (Groupe de Recherche Interdisciplinaire sur le Végétal et l’Environnement) porté par Rachel Bouvet (UQAM) sous la forme d’un réseau associant centre de recherches et organismes culturels et communautaires. Voir le site du projet:

https://grive.uqam.ca/

Orientations du projet:

La crise environnementale amène à repenser nos interactions avec le végétal en recourant à des outils et activités de sensibilisation et de conscientisation ancrés dans une éthique de la nature. Dans l’objectif d’une reconnexion avec le végétal et l’environnement, l’approche méthodologique repose sur l’interdisciplinarité et l’intégration de 4 perspectives complémentaires :

1. Expériences et expérimentations, 2. Imaginaire et représentations, 3. Échanges et renouvellement des savoirs 4. Conscientisation et engagement.

Arts et Sciences. Rencontres interculturelles chercheurs en SHS et marionnettistes guatémaltèques

2 juin 2022 de 9h à 12h. MRGT – Salle Frida Kahlo

En partenariat avec Marionantes 2022 et dans le prolongement de la Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes 2022, micro-représentations, projection et discussion autour d’un court film (13mn, sous-titré en français) présentant les 3 compagnies de marionnettistes du Guatémala et leurs activités. En présence de Guillermo Santillana (Armadillo teatro), Antonio Gonzalez (La Molotera titeres), Rodolfo de Leon (la Charada titeres) et Cathy Pupin-Ramirez (coordinatrice de Marionantes), avec le soutien de l’association Armadillo.

Echanges autour des pratiques et thématiques des trois compagnies, notamment autour des matériaux et de la sensibilisation pour la protection des ressources en eau.

Conférence de Maurizio Gatti

Quand le Nord écrit

8 avril 2022 à 11h. MRGT. Salle F. Kahlo

Dans le cadre du cycle sur « Les représentations du Nord », après les rencontres avec un chercheur, Daniel Chartier, spécialiste de l’imaginaire du Nord, puis un écrivain, Emmanuel Ruben, pour son livre La Ligne des glaces, c’est au tour de Maurizio Gatti, actuellement Chercheur résident à l’Institut d’Études avancées de Nantes, de présenter une conférence sur un phénomène littéraire issu du Nord, la production d’une littérature autochtone francophone qui est en pleine émergence au Québec depuis le dernier tiers du XXe siècle. Écrite par des auteurs d’origine amérindienne à laquelle on associe d’ordinaire une pratique littéraire orale, cette littérature, qui a fait le choix de la langue française, résulte de plusieurs influences, celle du milieu et des cultures nordiques dans lesquels elle se déploie, celle aussi des autres cultures qui se sont trouvées à leur contact.

Auteur de plusieurs ouvrages sur les littératures autochtones, Maurizio Gatti, qui avait rassemblé dès 2004 une anthologie réunissant des textes issus de cette littérature, consacre sa résidence à l’I.E.A. de Nantes à une nouvelle édition de cette anthologie enrichie d’extraits des productions les plus récentes.

Le cycle de rencontres « Les Représentations du Nord » est organisé par l’axe 3 – Cultures du végétal et de l’environnement de la SFR Confluences, l’Institut Agro Rennes-Angers et le CERPECA.

Conférence d’Alejandro Martinez

Bacilles, sauterelles et controverses scientifiques. Félix d’Herelle (1873-1949) et les premiers essais de contrôle biologique des insectes nuisibles en Argentine

14 mars 2022 à 16h30. MRGT. Amphi G. Tillion. En partenariat avec la SFR QUASAV

Alejandro Martinez (Universidad Nacional de La Plata, Argentine) effectue actuellement un séjour de recherche de deux mois à l’UMR TEMOS, dans le cadre du programme Scientific Collections on the Move: Provincial Museums, Archives, and Collecting Practices (1850–1950) – Horizon 2020 Marie Skłodowska-Curie RISE (https://scicomove.hypotheses.org/)

Résumé de la conférence

De la fin du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle, les infestations de sauterelles ont été l’un des problèmes les plus graves à résoudre pour les agriculteurs argentins. Différentes méthodes ont été utilisées pour les arrêter : barrières de métal ou de tissu, différents types de pièges, leurs œufs ont été détruits, des lance-flammes et toutes sortes d’engins ont été utilisés, qui se sont souvent avérés inutiles. Les moyens chimiques, tels que l’arsenic, ont également eu leur tour, bien qu’en raison de leur toxicité pour les humains et le bétail, ils n’aient pas été largement utilisés. Dans l’historiographie de la lutte antiacridienne, le récit de ces moyens “mécaniques” et chimiques plus populaires et plus connus a jeté une ombre sur l’histoire des moyens biologiques et leur rôle dans la gestion d’insectes économiquement importants.

En Argentine en particulier, la lutte biologique contre les insectes nuisibles a démarré relativement tôt, entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. L’un de ses principaux promoteurs de l’époque, l’entomologiste Angel Gallardo, proposait de suivre l’exemple des États-Unis et de certains pays européens qui ont introduit des espèces exotiques pour lutter contre les parasites agricoles par des “moyens scientifiques”. Dans cette optique, Gallardo se rend en France en 1911 et entre en contact avec le bactériologiste Félix d’Hérelle, qui a découvert un bacille capable d’infecter et de tuer les sauterelles, et l’invite à tester sa méthode en Argentine. Il s’agissait toutefois d’une tentative de résolution d’un problème complexe – qui retient encore l’attention des scientifiques aujourd’hui – par le biais d’une solution qui, bien qu’innovante, nécessitait encore beaucoup de recherches et de tests. La lutte biologique n’était pas seulement en contradiction flagrante avec les méthodes chimiques, mais c’était une activité qui nécessitait également, et nécessite toujours, de développer une compréhension détaillée des relations écologiques qui n’étaient pas claires. Son efficacité restait à prouver et en ce sens, malgré l’enthousiasme manifesté par certains, beaucoup étaient réticents et méfiants quant à l’utilité réelle de cette “nouvelle” méthode. Ainsi, l’avis des “experts” n’était pas unanime et les contestations n’étaient pas rares. Les différends avec d’autres collègues et groupes de recherche ont laissé une trace durable dans la carrière scientifique de Félix d’Hérelle. La plus célèbre d’entre elles, la dispute sur la priorité de la découverte du bactériophage, a été largement rapportée et discutée dans l’historiographie de ces dernières années.

Dans le cadre de cette conférence, nous souhaitons toutefois nous concentrer sur les étapes précédant cette découverte, alors que d’Hérelle débutait dans la bactériologie et cherchait à se faire une place dans le concert scientifique international. Son séjour en Amérique latine a constitué une étape stratégique dans sa formation et sa future carrière. Nous sommes particulièrement intéressés par les essais réalisés en Argentine et les conflits qui ont surgi autour de cette expérience.

This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under the Marie Skłodowska-Curie grant agreement No 101007579

Rencontre avec Emmanuel RUBen

Cycle Les Représentations du Nord

Mercredi 12 janvier 2022 à 14h

Salle Gracq, Maison de la Recherche Germaine Tillion

Le cycle de rencontres « Les Représentations du Nord » est organisé par l’axe 3 de la SFR Confluences et Agrocampus-Ouest.

Dans la lignée des deux ateliers interdisciplinaires Sur la route du Danube menés au printemps dernier avec l’aimable participation d’Emmanuel Ruben, c’est cette fois sur son roman La Ligne des glaces (Paris, Payot & Rivages, 2014) que portera la deuxième rencontre du cycle sur “Les représentations du Nord”.

Géographe de formation se retrouvant affecté comme volontaire international dans ce qui ressemble à un pays balte, le narrateur du roman se voit confier la mission de documenter la frontière septentrionale du pays, frontière qui se trouve aussi être une de celles de l’Europe. À travers cette mission, l’auteur interroge une question récurrente de son œuvre, celle des frontières de l’Europe en passant par un parcours GEL / DÉGEL / ÉTÉ qui vient en modifier les enjeux.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search