Tous les articles par itrivisani

Deuxième atelier sur la route du danube

Vendredi 21 mai. 14h-17h. Amphi G. Tillion. MRGT

 

Sur la route du Danube d’Emmanuel Ruben : lignes, repères, mouvement

Atelier interdisciplinaire organisé par l’axe Cultures du végétal et de l’environnement

Du 25 juin au 24 septembre 2016, Emmanuel Ruben entreprend d’Odessa à la Forêt noire une ample odyssée cycliste qui le mène, à la force des mollets, de l’embouchure aux sources du Danube. En 2019, son ouvrage, Sur la route du Danube, plusieurs fois primé, livre le fruit littéraire de cette expérience d’une traversée de l’Europe opérée à contre-courant : à la force du poignet cette fois, à travers les pays et le long du fleuve, il confirme que son épopée avait pour but de « réécrire l’Europe à vélo ».

« Géographe défroqué », comme il le dit lui-même, cet écrivain contemporain reconnu, qui dirige aujourd’hui la Maison Julien Gracq, croise dans cet ouvrage par l’écriture des enjeux qui intéressent autant les littéraires que les historiens et les géographes. Pour l’axe Cultures du végétal et de l’environnement de la SFR Confluences, ce livre est donc un terrain idéal pour expérimenter les pratiques interdisciplinaires. Après un premier atelier qui s’est tenu en mars en présence de l’auteur, un deuxième atelier interdisciplinaire aura lieu à la MRGT Amphi G. Tillion vendredi 21 mai à partir de 14h. Sur la route du Danube y sera envisagé à travers les notions de lignes, repères et mouvements.

Si vous souhaitez participer à cet atelier, merci de vous inscrire (pour des raisons de jauge) auprès de : cristiana.pavie@univ-angers.fr , nucia.taibi@univ-angers.fr et isabelle.trivisani-moreau@univ-angers.fr

Colloque international « la mobilité des plantes à travers le récit – Plant mobility and narrative »

Colloque hybride. Montréal 13-15 mai 2021 organisé par Stephanie Posthumus (Université McGill) et Rachel Bouvet (UQAM) en collaboration avec le Jardin Botanique de Montréal

Jeudi 13 Mai 2021 (ZOOM)

8h30-9h00  (heure de Montréal) Accueil : CHARPENTIER Anne (Directrice du Jardin botanique de Montréal); FABRY Frédéric (Directeur, McGill School of the Environment, Université McGill); LUSSIER Alexis (Directeur, Département d’études littéraires, UQAM)

9h00 à 10h30 Table ronde 1 – Perspective archéo-scientifique Président: MAUFFETTE Yves (UQAM)

-WEBER Anne-Gaëlle (Université d’Artois), Les mouvements des plantes aux XVIIIe et XIXe siècles : entre littérature et botanique

-HOLMES, Tove (Université McGill), Representing Plant Mobility in Alexander von Humboldt’s Travelogues

-OGHINA-PAVIE Cristiana (Université d’Angers), Le sens du mouvement. La motilité des végétaux dans l’explication scientifique (XIXe- XXIe siècles)

11h00-12h30 Table ronde 2 – Regard historique sur la mobilité des plantes. Présidente: FLAMAND-HUBERT Maude (Université Laval)

-BENHARRECH Sarah (Université du Maryland), L’arbre mobile en ses parties : bouture et arbre-république au XVIIIe siècle

-VOLLE Marianne (Université York), « Du semi fait par la Nature » : La mobilité des arbres américains à travers les récits de voyages en France au XVIIIe siècle

-TAÏBI Aude Nuscia et TRIVISANI-MOREAU Isabelle (Université d’Angers), Plantes d’exception et promesses de voyage : le végétal de Madagascar et des Mascareignes dans les récits de voyage de la première modernité

Promenade végétale – plantes printanières locales

Une promenade végétale sera organisée à Montréal les 13 et 14 mai en après-midi. Les participantes hors Montréal sont invitées à se promener dans leur quartier (en matinée par exemple, pour les Européennes) et à choisir trois plantes ‘typiques’ de leur région, à les prendre en photo, à les identifier et à en fournir une petite description (anecdote, citation littéraire, scientifique, historique ou autre). Le tout prenant place dans un document Word ou dans un fichier powerpoint qui sera déposé dans un dossier partagé sur Google Drive. Des consignes seront données pour enregistrer le parcours de la promenade grâce à l’application ‘MyMaps’. La présentation des plantes printanières aura lieu à la fin du colloque dans une cartographie collective.

Vendredi 14 Mai 2021 (ZOOM)

9h00-10h30 Table ronde 3 – Perspective littéraire-culturelle I Président: GERVAIS Bertrand  (UQAM)

-BÉDARD-GOULET Sara (Université de Tartu), Le végétal fait son cinéma dans le roman Western de Christine Montalbetti

-BILODEAU Jean-Pascal et BOUVET Rachel (Université du Québec à Montréal), La piste alchimique ou le pouvoir des plantes dans Le maître de café d’Olivier Bleys

-TERMITE Marinella (Université de Bari), Carnets de voyage des végétaux chez Patrick Deville  

11h00-12h30. Table ronde 4 – Perspective géo-spatiale I Présidente:  RAMADE Bénédicte (Université de Montréal)

-BLANC Nathalie (CNRS), Du végétal en période de changement climatique

-MAILHOT, Amélie-Anne (Université du Québec à Montréal), Autour des pommiers subspontanés : travail géopoétique à l’envers de la métaphore de la civilisation

-MATTOUG Cécile (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Ce que raconte le vide urbain : ancrages et migrations par les jardins

14h00-15h30 Dialogue entre arts et sciences – La mobilité des plantes à travers le récit Président: MIAUX Sylvie (UQTR)

-De BORMAN Sandrine (artiste, La Traversée) ; CUERRIER Alain (Université de Montréal/Jardin botanique)15h30-17h00 – Promenade dans le jardin des Premières Nations

17h30 Visite de l’exposition « Joyeuses empreintes botaniques » au Pavillon japonais du Jardin botanique 

15 May 2020 (ZOOM

9h00-10h30 Table ronde 5 – Perspective géo-spatiale II. Président: HOPE Jonathan (Université du Québec à Montréal)

-HERMETET, Anne-Rachel (Université d’Angers), D’une culture à l’autre : la mobilité des plantes au prisme de la traduction

-TSYMBALYUK Darya (University of St Andrews, Scotland), Plant narratives in oral histories of displacement: the case of Donbas, Ukraine

-KRANZ Isabel (Université de Vienne), Plants as tropes and agents of translation

11h00-12h30. Table ronde 6 – Perspective littéraire-culturelle II . Présidente: POSTHUMUS Stephanie

-CRACIUNESCU Miruna (Université Laval / Université de Gand), Du mobile à la mobilité : la dimension transgressive des déplacements végétaux chez Jean-Pierre Otte et Didier Van Cauwelaert

-DUBÉ Noémie (Université du Québec à Montréal), À la recherche de Oniaten Grandiflora : Ambiguïté, curiosités et parcours du territoire dans Days by Moonlight d’André Alexis

-CHASSAY, Jean-François (Université du Québec à Montréal), Entre l’Éden et l’Apocalypse : la ville étouffée sous les plantes dans Ruines-de-Rome de Pierre Senges

14h00-15h30. Synthèse et présentation de la cartographie des plantes printanières

-POSTHUMUS Stephanie (Université McGill) – Suivi du projet de cartographie littéraire du groupe de recherche « Imaginaire botanique »

-ROUSSEL-GILLET Isabelle (Université d’Artois) – Colloque retour U. Artois automne 2021 – Sensibilités végétales

-BOUVET Rachel (UQAM) – Bilan du colloque, retour sur les promenades végétales et discussion collective

Parution: Natura in fabula. Topiques romanesques de l’environnement

Les études réunies dans Natura in fabula envisagent les questions de la nature et de l’environnement dans le roman sous l’angle de la topique en s’appuyant sur le repérage de configurations narratives récurrentes. La nature apparaît souvent comme un cadre avec ses scénographies et topographies, mais elle peut également s’incarner en une entité avec laquelle doit composer l’homme plus que le personnage. Que font les topoi de la nature, dans leur malléabilité, voire leur réversibilité, à l’écriture ? Comment les tournants historiques viennent-ils infléchir ces topoi et en faire émerger de nouveaux ? Quelles éco-logiques les rapports que l’homme entretient avec la nature dans les oeuvres romanesques esquissent-ils ?

https://brill.com/view/title/39125

 

La nature dans les écritures de la déportation

14ème édition du cycle Histoire et mémoire des déportations. 13 février 2019. Université d’Angers. Maison de la Recherche Germaine Tillion

Organisée par TEMOS (FRE 2015) et la SFR Confluences (SFR 4201) Axe Cultures du Végétal et de l’Environnement

Programme

14h00 | Introduction | Yves Denéchère (professeur d’histoire contemporaine, Université d’Angers-TEMOS)

« L’arbre de Goethe » dans le camp de déportation de Buchenwald symbolise la permanence de la nature et de ce qu’elle peut représenter jusque dans les lieux les plus déshumanisés. Il est devenu l’un des emblèmes mémoriels du camp. Claude Lanzmann (disparu il y a quelques mois), a longuement donné à voir dans Shoah (1985) la nature qui, après la destruction de certains camps d’extermination par leurs constructeurs, a repris ses droits sur des terres ensanglantées. Les interventions de cette demi-journée interrogent le rapport des déporté.e.s avec la nature environnante. Le paysage, le climat, le végétal sont propices à des regards nouveaux sur l’écriture de la déportation par ceux qui l’ont endurée, qu’ils soient des écrivains reconnus ou des témoins qui ont été soucieux de laisser une trace.

14h15 | « « Le destin luxueux de la plante pourrissante ». Autour de la surdétermination du végétal en contexte concentrationnaire » | Lucie Bertrand-Luthereau (agrégée et docteure en lettres, IEP d’Aix-en-Provence – CHERPA)

Dans son récit concentrationnaire intitulé L’Espèce humaine, Robert Antelme suit la trame chronologique de sa détention et tisse autour de la réalité vécue une philosophie saisissante et neuve, issue d’une expérience infernale dans laquelle les valeurs sont renversées. Dans un passage clé de cet ouvrage, le détenu, épuisé par ce qu’on appellera plus tard les « marches de la mort », contemple la nature. Il livre alors une vision du végétal somptueuse et inédite, qui bouleverse la hiérarchie traditionnelle entre l’homme et la plante, la nature et le sort de celle-ci devenant douloureusement enviable. Robert Antelme n’est pas le seul rescapé dont les écrits témoignent d’un rapport nouveau et surdéterminé à la nature. Primo Levi, dans La Trêve, lui attribue le rôle vital d’antidote au « poison d’Auschwitz ».  C’est  à la nature si particulière de la surdétermination du végétal en contexte concentrationnaire que nous nous  attacherons dans cette communication.

15h00 | « Le rôle de la nature à Rawa-Ruska, d’après des témoignages de prisonniers » | Alexandre Millet (doctorant en histoire, Université d’Angers-TEMOS)

À partir du 13 avril 1942, des prisonniers de guerre français et belges sont internés dans un camp de représailles à Rawa-Ruska, situé près de Lviv dans le Gouvernement Général de Pologne. Le « camp de la goutte d’eau et de la mort lente » se trouve aux abords de la ville. La nature apparait de différentes manières dans des récits d’anciens prisonniers du camp : la végétation est d’abord utilisée par les internés sous-alimentés pour se nourrir. Ensuite, les variations météorologiques extrêmes ont un impact sur l’aspect visuel du paysage et par conséquent sur le moral du captif et sur son état physique. Enfin, situé dans le « triangle de la mort », Rawa-Ruska est tout proche du théâtre de nombreux massacres de masse. Le dernier point envisagera la nature dans une perspective mémorielle.

15h45-16h00 Pause

16h00 | « De fougères en cimetières : écriture et réécriture du végétal dans quelques récits de captivité de Pierre Gascar » | Cristiana Oghina-Pavie (maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université d’Angers-TEMOS) et Isabelle Trivisani-Moreau (maîtresse de conférences en lettres modernes, Université d’Angers-3L.AM)

Après la Seconde Guerre mondiale où il connut l’enfermement, Pierre Gascar devient écrivain et publie une soixantaine d’œuvres : parmi elles, Le Temps des morts livre un témoignage sur le camp de Rawa-Ruska. Il faudrait en fait parler non pas d’un, mais de plusieurs témoignages, car l’ouvrage paru en 1953 – en même temps que Les Bêtes qui lui valut le prix Goncourt – est repris et profondément reconfiguré par son propre auteur au moins à deux reprises aussi bien sur le plan de la longueur que du titre, mais aussi des contenus. Malgré sa dimension biographique, le récit nous offre ainsi des versions multiples du vécu d’une même expérience par le même homme : au sein de cet ensemble protéiforme, quelques constantes tout de même, un cimetière à entretenir, désherber et fleurir et, pour cette raison, un motif, le végétal, qui fait partie des éléments récurrents de l’œuvre de Pierre Gascar. Mais de même qu’il n’y a pas une mais au moins trois œuvres, de même on ne rencontre pas qu’un mais au moins deux cimetières et de même encore le végétal ne saurait se présenter de façon unifiée mais mouvante à travers une écriture qui, au fil des mutations, en transforme les espèces, la place et la symbolique.

16h45 | Lecture d’extraits littéraires de L’espèce humaine de Robert Antelme et de Le temps des morts et Le règne végétal de Pierre Gascar | Par Matéo Droillard

17h15 Fin

Fabrique #20 Que nous disent nos paysages?

Samedi 13 octobre 2018. Le Quai Angers

Balade urbaine et performative proposée en écho à Prélude à la fugue d’après Sylvain Tesson. Mise en scène: Julien Barret du 9 au 18 octobre au Théâtre Le Quai.

Hervé Davodeau, EC Géographie, Agrocampus Ouest, Mathieu Delaunay, artiste, David Montembault, EC Agrocampus Ouest, Isabelle Trivisani-Moreau, EC Littérature française, Université d’Angers
http://www.lequai-angers.eu/saison/fabrique-20

Visioconférence. Approches historiques du jardin littéraire

Dans le cadre du séminaire du projet Imaginaire botanique, des séances sont ouvertes les mercredis par quinzaine en salle carrel (Faculté LLSH. Bât. A 2ème étage) de 15h30 à 18h30. Le mercredi 10 octobre 2018 sera consacré aux Approches historiques du jardin littéraire. Conférence d’I. Trivisani-Moreau.

https://www.youtube.com/watch?v=TwVDXDceQ9k

Journées d’études du collectif ZoneZadir

Les 5 et 6 juillet 2018 se sont tenues au Château du Tertre à Sérigny des Journées d’études du collectif ZoneZadir: « Habiter les lieux ». L’axe Cultures du végétal et de l’environnement y organisait la session « Habiter l’inhabitable ». https://secure.cief.org/wp/wp-content/uploads/2018/05/Programme-Long-CIEF-2018-7-mai-1.pdf

XXXIIe Congrès mondial du CIEF

Le 32ème Congrès du CIEF (Conseil International d’Etudes Francophones) s’est tenu à La Rochelle en juin 2018. Une session y était consacrée aux « Plantes voyageuses dans l’espace francophone » à laquelle participait l’axe Cultures du végétal et de l’environnement.   https://secure.cief.org/wp/wp-content/uploads/2018/05/Programme-Long-CIEF-2018-7-mai-1.pdf

Qu’est-ce qu’un herbier littéraire ? Approches méthodologiques

Rencontre interdisciplinaire CPER, dans le cadre du projet « Le voyage et l’herbier – circulation du végétal »

Affiche Herbier

Du 28 mai 2018 au 29 mai 2018
La rencontre interdisciplinaire vise à mettre au point une approche originale des textes littéraires à partir de l’observation et de la mise en question de la circulation des plantes (spécimens réels comme motifs ou objets de représentations). Croisant le voyage et l’herbier en tant que modes de circulation du végétal, et de passage entre sciences du vivant et pratiques poétiques, un éclairage épistémologique sera visé sur l’histoire des rapports entre littératures et sciences autour de l’objet en partage qu’est le végétal. Par le repérage des traces du végétal dans les textes, la recherche des savoirs sur les plantes évoquées et les réflexions menées en écocritique sur le contexte social et politique de leurs circulations, il s’agit d’étudier les modes de déclinaison du végétal dans les allers-retours entre texte et monde. C’est donc un corpus francophone contemporain (des années 1970 à nos jours) qui sera au coeur des échanges, et d’une pratique de lecture novatrice par des équipes plurielles toujours entre plusieurs disciplines (littérature, histoire, ethnobotanique, géographie, histoire des sciences), associant l’interprétation à un examen systématique des plantes en présence et de leurs interactions.

JOURNÉES D’ÉTUDE
organisées par Bertrand Guest et Rachel Bouvet

les 28 et 29 mai 2018 à la
Maison de la Recherche Germaine Tillion
de l’UNIVERSITÉ D’ANGERS

(Salle Frida Kahlo et à l’Arborétum)

Ces journées sont organisées avec le CPER , les chercheurs du projet imaginaire botanique soutenus par le SSHRC-CRHS, les unités de recherche  Figura (Canada, UQAM) et 3L.AM  (France, Université d’Angers, Le Mans Université) en lien avec l’axe 3 Cultures du végétal et de l’environnement de la SFR Confluences

 

 

Une collaboration franco-canadienne: L’imaginaire botanique et la sensibilité écologique

Depuis cette année, plusieurs chercheurs de Cultures du végétal et de l’environnement collaborent à un projet canadien (CRSH) porté par Rachel Bouvet (UQAM) et Stéphanie Posthumus (McGill) sur la circulation des plantes dans les oeuvres francophones depuis les années 80.
Pour en savoir plus sur le projet: « L’imaginaire botanique et la sensibilité écologique: dimensions esthétique, pratique et scientifique de la circulation des plantes dans la littérature », voir le site:

http://imaginairebotanique.ca/

Une année qui commence avec la nature

Pour le 1er janvier 2018, Bertrand Guest était sur France culture dans l’émission LSD La série documentaire qui consacrait sa semaine à 4 expériences de retour à la nature
(1/4) : Sur les sentiers de la liberté : Henry David Thoreau, Elisée Reclus

Sur les sentiers de la liberté : Henry David Thoreau, Elisée Reclus

A réentendre sur France Culture:

https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/retours-a-la-nature-14-sur-les-sentiers-de-la-liberte-henry-david-thoreau-elisee-reclus