Archives par mot-clé : végétal

La nature dans les écritures de la déportation

14ème édition du cycle Histoire et mémoire des déportations. 13 février 2019. Université d’Angers. Maison de la Recherche Germaine Tillion

Organisée par TEMOS (FRE 2015) et la SFR Confluences (SFR 4201) Axe Cultures du Végétal et de l’Environnement

Programme

14h00 | Introduction | Yves Denéchère (professeur d’histoire contemporaine, Université d’Angers-TEMOS)

« L’arbre de Goethe » dans le camp de déportation de Buchenwald symbolise la permanence de la nature et de ce qu’elle peut représenter jusque dans les lieux les plus déshumanisés. Il est devenu l’un des emblèmes mémoriels du camp. Claude Lanzmann (disparu il y a quelques mois), a longuement donné à voir dans Shoah (1985) la nature qui, après la destruction de certains camps d’extermination par leurs constructeurs, a repris ses droits sur des terres ensanglantées. Les interventions de cette demi-journée interrogent le rapport des déporté.e.s avec la nature environnante. Le paysage, le climat, le végétal sont propices à des regards nouveaux sur l’écriture de la déportation par ceux qui l’ont endurée, qu’ils soient des écrivains reconnus ou des témoins qui ont été soucieux de laisser une trace.

14h15 | « « Le destin luxueux de la plante pourrissante ». Autour de la surdétermination du végétal en contexte concentrationnaire » | Lucie Bertrand-Luthereau (agrégée et docteure en lettres, IEP d’Aix-en-Provence – CHERPA)

Dans son récit concentrationnaire intitulé L’Espèce humaine, Robert Antelme suit la trame chronologique de sa détention et tisse autour de la réalité vécue une philosophie saisissante et neuve, issue d’une expérience infernale dans laquelle les valeurs sont renversées. Dans un passage clé de cet ouvrage, le détenu, épuisé par ce qu’on appellera plus tard les « marches de la mort », contemple la nature. Il livre alors une vision du végétal somptueuse et inédite, qui bouleverse la hiérarchie traditionnelle entre l’homme et la plante, la nature et le sort de celle-ci devenant douloureusement enviable. Robert Antelme n’est pas le seul rescapé dont les écrits témoignent d’un rapport nouveau et surdéterminé à la nature. Primo Levi, dans La Trêve, lui attribue le rôle vital d’antidote au « poison d’Auschwitz ».  C’est  à la nature si particulière de la surdétermination du végétal en contexte concentrationnaire que nous nous  attacherons dans cette communication.

15h00 | « Le rôle de la nature à Rawa-Ruska, d’après des témoignages de prisonniers » | Alexandre Millet (doctorant en histoire, Université d’Angers-TEMOS)

À partir du 13 avril 1942, des prisonniers de guerre français et belges sont internés dans un camp de représailles à Rawa-Ruska, situé près de Lviv dans le Gouvernement Général de Pologne. Le « camp de la goutte d’eau et de la mort lente » se trouve aux abords de la ville. La nature apparait de différentes manières dans des récits d’anciens prisonniers du camp : la végétation est d’abord utilisée par les internés sous-alimentés pour se nourrir. Ensuite, les variations météorologiques extrêmes ont un impact sur l’aspect visuel du paysage et par conséquent sur le moral du captif et sur son état physique. Enfin, situé dans le « triangle de la mort », Rawa-Ruska est tout proche du théâtre de nombreux massacres de masse. Le dernier point envisagera la nature dans une perspective mémorielle.

15h45-16h00 Pause

16h00 | « De fougères en cimetières : écriture et réécriture du végétal dans quelques récits de captivité de Pierre Gascar » | Cristiana Oghina-Pavie (maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université d’Angers-TEMOS) et Isabelle Trivisani-Moreau (maîtresse de conférences en lettres modernes, Université d’Angers-3L.AM)

Après la Seconde Guerre mondiale où il connut l’enfermement, Pierre Gascar devient écrivain et publie une soixantaine d’œuvres : parmi elles, Le Temps des morts livre un témoignage sur le camp de Rawa-Ruska. Il faudrait en fait parler non pas d’un, mais de plusieurs témoignages, car l’ouvrage paru en 1953 – en même temps que Les Bêtes qui lui valut le prix Goncourt – est repris et profondément reconfiguré par son propre auteur au moins à deux reprises aussi bien sur le plan de la longueur que du titre, mais aussi des contenus. Malgré sa dimension biographique, le récit nous offre ainsi des versions multiples du vécu d’une même expérience par le même homme : au sein de cet ensemble protéiforme, quelques constantes tout de même, un cimetière à entretenir, désherber et fleurir et, pour cette raison, un motif, le végétal, qui fait partie des éléments récurrents de l’œuvre de Pierre Gascar. Mais de même qu’il n’y a pas une mais au moins trois œuvres, de même on ne rencontre pas qu’un mais au moins deux cimetières et de même encore le végétal ne saurait se présenter de façon unifiée mais mouvante à travers une écriture qui, au fil des mutations, en transforme les espèces, la place et la symbolique.

16h45 | Lecture d’extraits littéraires de L’espèce humaine de Robert Antelme et de Le temps des morts et Le règne végétal de Pierre Gascar | Par Matéo Droillard

17h15 Fin

Marrakech : la ville oasis ?

Mustapha El Hannani et Aude Nuscia  Taïbi, maîtres de conférences et chercheurs au département de géographie de l’université
d’Angers proposent une déambulation dans les anciens et  nouveaux jardins de Marrakech : « Le paysage… un moyen de penser autrement le territoire au quotidien ».

8e Maghreb créateur de l’association Kalima

7 avril 2015, 20h

Institut Municipal, place Saint Eloi, 49 100 Angers

 

Natura in fabula. Topiques romanesques de l’environnement- Colloque SATOR

Affiche v4 Colloque SATORProgramme du XXIXe colloque de la SATOR

Natura in fabula. Topiques romanesques de l’environnement

8-9 avril 2015

Université de Nantes, UFR Lettres et langages,Bâtiment Censive, Salle de Conférences/ Chemin de la Censive du Tertre, BP 81227 44312 Nantes Cedex 3/ Tramway ligne 2 (Direction Orvault Grand Val), arrêt Facultés.

Colloque organisé par la SATOR (http://satorbase.org/), les laboratoires : L’AMo (EA 4276) (http://lamo.univ-nantes.fr/Natura-in-Fabula-Topiques) de Nantes et CERIEC (EA 922) (http://ceriec.univ-angers.fr/fr/le-laboratoire/actualites/colloque-sator.html)  d’Angersavec les soutiens de la Région Pays de la Loire,des Universités de Nantes et d’Angers et de la SFR Confluences 4201

Contacts : philippe.postel@univ-nantes.fr et Isabelle.Trivisani@univ-angers.fr

 

 PROGRAMME

Mercredi 8 avril

9h. Accueil et introduction

9h30-11h10. La place de l’homme dans la nature

Nicolas CORREARD (Univ. Nantes), Quand le singe descendait de l’homme : Swift, Tyson et les orangs-outans

Pierre CARBONI (Univ. Nantes), Topique de l’horreur naturelle et du tremendum sacré dans certains épisodes narratifs et descriptifs des Saisons de Thomson

Jean-Pierre DUBOST (Univ. Clermont-Ferrand), Écosystèmes hédonistes des Lumières

Cécile BROCHARD (Univ. Nantes), « Le grand Pan n’est pas mort ». La vision de la nature dans les romans de Marguerite Yourcenar

11h10-11h35. Discussion et pause

11h35-12h25. La nature comme dynamique 1

Alain MONTANDON (Univ. Clermont-Ferrand), Le rôle des saisons chez Goethe

Yvon LE SCANFF (Univ. Paris III), Senancour et le roman naturel

12h25-35. Discussion

12h40. Déjeuner

14h-14h50. La nature comme dynamique 2

Nicolas MAUGHAN (AMU), L’esclave et le marais dans les Voyages Extraordinaires de Jules Verne : analyse socio-écologique d’un couple homme/nature emblématique

Marie CAZABAN-MAZEROLLES (Univ. Poitiers), Ceci n’est pas un paysage : poétique postdarwinienne du paysage (London, Golding, Vonnegut)

14h50-15h. Discussion

15h-16h15.Voyages et utopies

Éric MÉCHOULAN, (Univ. Montréal, Canada), Métamorphose et nature chez Cyrano de Bergerac

Isabelle TRIVISANI-MOREAU (Univ. Angers), Les dessous de la terre dans quelques utopies narratives

Mohamed OULED ALLA (Univ. Hassan II Casablanca, Maroc), La nature dans les écrits utopiques de Rétif de la Bretonne (1734-1806)

16h15-16h35. Discussion et pause

16h35-17h50. Le roman sentimental et ses mutations

Paul PELCKMANS (Univ. Anvers, Belgique), La nature comme Rohrschach. À propos de quelques instantanés de Mme de Souza.

Philippe POSTEL (Univ. Nantes), Topiques du jardin dans le roman sentimental

Jean-François BIANCO (Univ. Angers), Perversion et imagination : la place de la nature dans deux romans de Révéroni Saint-Cyr

17h50-18h15. Discussion

Jeudi 9 Avril

9h-10h40. Usages des codes

Chantal LIAROUTZOS (Univ. Paris VII), Les trois topographies dans Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye (première édition 1511) de Jean Lemaire de Belges

Sandra CONTAMINA (Univ. Angers), De l’usage décalé des lieux topiques pour un retour vers la nature. Errance dans le paysage littéraire espagnol du Moyen Âge au Siècle d’Or

Yen Mai TRAN-GERVAT (Univ. Paris III), Des topoï paysagers en traduction : le cas de la première partie de Don Quichotte (1605) et de ses premières traductions anglaises (Shelton, 1612) et française (Oudin, 1614)

Marie MIANOWSKI (Univ. Nantes), Le paysage irlandais contemporain dans The Devil I Know de Claire Kilroy

10h40-11h10. Discussion et pause

11h10-12h. Le sauvage en question 1

Loren GONZALEZ (Univ. Toulouse), Du locus ferus au scriptorium : la forêt comme lieu d’élection du geste poétique, de la Vita Merlini au roman de Merlin en prose

Catherine GALLOUËT (Willliam Smith college. Geneva New York, USA), Les espaces sauvages des romans du XVIIIe siècle

12h-12h15. Discussion

12h20. Déjeuner

13h45-14h35. Le sauvage en question 2

Claudia FRASSON (Univ. Venise, Italie), La représentation de la montagne dans les romans français entre les dernières décennies du XVIIIe siècle et les premières années du XIXe

Madeleine JEAY (Univ. Mac Master, Canada), Mer, montagne, forêt : explorations à la recherche de topoi narratifs

14h-35-14h45. Discussion

14h45-16h25. Itinéraires

Marta TEXEIRA ANACLETO (Univ. Coïmbra, Portugal), Personnages bucoliques en quête d’identité : entre le « bois obscur » et le « gracieux dédale » au XVIIe siècle

Max VERNET (Queen’s Univ Kingston Ontario, Canada), Cosmologie, écologie. Les rapports de l’individu et de son milieu dans une nouvelle de Jean-Pierre Camus

Judith SRIBNAI (UQAM, Canada), « Sur la route » : quelques connaissances de la nature au XVIIe siècle

Taïna TUHKUNEN (Univ. Angers), Au cœur ténébreux d’une éco-randonnée littéraire entre la Laponie et la Tasmanie : Oiseau de Malheur de Johanna Sinisalo

16h25-17h00. Discussion et pause

17h. Assemblée Générale de la SATOR

 

Denis Diagre – “Les mondes horticoles et botaniques belges, creusets d’une conscience écologique précoce”

Conf DenisDenis Diagre, Historien  au  Jardin botanique Meise Bruxelles (coll.sc. ULB)

Les mondes horticoles et botaniques belges, creusets d’une conscience écologique précoce

Le mardi 27 janvier 2015 à Agrocampus Ouest, 2 rue Le Nôtre- entrée libre

Conférence organisée en collaboration avec IFR Quasav.

 

Histoire et sciences du végétal : approches interdisciplinaires

histoire-biologieHistoire et sciences du végétal : approches interdisciplinaires

Colloque les 8 et 9 décembre 2014 à l’Université d’Angers

Programme : http://horticombio.blogspot.fr/2014/10/colloque-histoire-et-sciences-du.html

 

 

Le végétal performant

Cycle de conférences – Les mardis de Confluences – “le végétal performant” : http://confluences.hypotheses.org/763

 

Cycle de conférences-débats organisé en partenariat avec La Maison des Projets de la Ville d’Angers et Terre des Sciences

 « le végétal performant »

Mardi 14 octobre – 18 h / 20 h – Institut municipal – Entrée libre et gratuite

 Résumés des 2 conférences

Bertrand GUEST (maître de conférences en littérature générale et comparée à l’Université d’Angers) : S’il sera bien question de la « performance » tant nutritive que matérielle du végétal, Bertrand Guest abordera aussi son omniprésence et son efficace de longue date dans nos imaginaires, de l’architecture médiévale à la littérature contemporaine, à travers une promenade dans l’entrelacs de nos racines et des ramifications complexes de nos sociétés, fondées depuis longtemps bien que d’une façon changeante sur un substrat végétal. Le règne végétal s’avèrera sans doute le motif idéal pour une interrogation critique de la notion contemporaine de performance, à partir du paradoxe selon lequel le plus efficace des organismes est parfois aussi le plus lent et le plus apparemment inactif. L’objectif pourrait dès lors devenir de répondre à cette question: d’où nous vient l’idée que ce qui végète est moins « performant » ?

 

 

Jean-Pierre RENOU (directeur de l’Institut de Recherches en Horticulture et Semences, directeur de recherches à l’INRA) : La notion de performance est toute relative et dépendante de l’environnement dans lequel elle est amenée à s’exercer. Dans l’inconscient collectif, un végétal “performant” est celui qui rend le plus de services à l’homme, en terme de nutrition (répondre aux besoins alimentaires), voire de santé (diététique et nutraceutique), quelquefois de qualité de vie (plantes d’ornement ou espaces naturels protégés). Il faut cependant prendre conscience qu’il n’y a pas de performance absolue, mais que tout est affaire de compromis. Une variété végétale peut être considérée comme “performante” sur un caractère donné quand elle est cultivée seule dans une parcelle donnée avec un environnement donné, et être tout simplement incapable de se reproduire dans un espace naturel où elle subira une compétition féroce de la part des espèces sauvages indigènes. Dans ce cadre, elle sera alors dénuée de toute “performance”. Les anglo-saxons utilisent depuis longtemps la notion de “trade-off” (troc) pour expliquer la façon dont les être vivants gèrent l’affectation des “dépenses” consenties par les organismes pour faire face aux situations rencontrées. Par exemple un gain génétique en rendement peut s’accompagner d’une perte de qualité nutritive ou d’une plus grande sensibilité aux agressions climatiques ou biotiques. Inversement le développement d’une résistance à une maladie, parce qu’elle sera “couteuse” en énergie peut s’accompagner d’une baisse de qualité nutritive, ou de rendement. Pendant longtemps les dispositifs agricoles ont simplifié l’équation en tentant de contrôler l’environnement des plantes (techniques de culture et de récolte améliorées, irrigation, engrais, pesticides …..) et ont permis d’augmenter drastiquement la productivité agricole en combinant ces progrès techniques au progrès génétique (cf. la révolution verte liée à la découverte des céréales à paille courte). Mais les contraintes pesant sur l’environnement  évoluent et nous amènent à revoir la notion de performance de façon plus intégrative, y compris au niveau de la parcelle cultivée. C’est à dire plus en terme de recherche de meilleurs compromis : la meilleure productivité dans le plus grand respect de l’environnement pour préserver sa durabilité. C’est le double défi actuel de la sécurité alimentaire et de l’agroécologie. C’est un changement de paradigme pour les biologistes et agronomes qui ne peuvent plus adresser les questions d’amélioration (génétiques et techniques) autrement que de façon globalisée pour optimiser les coûts de “trade-off”. Un végétal cultivé devra être “globalement performant”, avant d’être “le meilleur dans un domaine spécifique”.

 

 

Coordonnateur du cycle : Arnaud De Lajartre –enseignant-chercheur – Directeur adjoint de la SFR Confluences

Contact :
Annie Ribrault   -MSH/SFR- 02 41 22 63 90

annie.ribrault@univ-angers.fr

Colloque Traces du végétal

 

Appel à contributions : date limite – le 15 janvier 2012

Colloque Traces du végétal

Université d’Angers – les 13, 14, 15 juin 2012

 Colloque pluridisciplinaire organisé dans le cadre du programme Confluences (Axe Cultures du végétal) de la Maison des sciences humaines de l’Université d’Angers avec la participation des laboratoires CERHIO (UMR CNRS 6258), CERIEC (EA 922), ESO (UMR CNRS 6590).

Donnée première de l’environnement de l’homme, le végétal est aussi un objet scientifique intéressant de multiples disciplines. Tout naturellement, c’est du côté des sciences de la vie qu’on aurait tendance à définir sa pertinence, mais plusieurs travaux entrepris depuis quelques années en sciences humaines, dans les arts, les langues et les littératures se sont également saisis de cet objet assez longtemps négligé dans ces domaines. Bénéficiant de l’intérêt pour les approches pluridisciplinaires, un tel objet semble devoir appeler un croisement plus systématique des méthodes de chacun. Pour autant, il demeure une composante circonscrite dans chacune de ces disciplines : aussi a-t-il paru légitime, pour ce colloque de Lettres et Sciences humaines, d’aborder le végétal en tant que trace.

Continuer la lecture de Colloque Traces du végétal

Cultures du végétal

“Cultures du végétal” est un axe de recherche pluridisciplinaire en Lettres, Langues et Sciences humaines du programme Confluences de la Maison des sciences humaines de l’Université d’Angers.
Trois approches déclinent les concepts fédérateurs de végétal et du paysage.
La première considère la société et l’économie du végétal, comme évolution des systèmes de production et de consommation de l’agriculture et de l’horticulture, usages des plantes alimentaires, ornementales et médicinales. Il s’agit d’aborder le végétal comme un ensemble, afin de mettre en évidence l’interaction entre ses acteurs, la concurrence et la complémentarité des filières qui le composent, leur propension à innover, la spécificité commerciale et technique, les crises et les tournants, les organismes professionnels et syndicaux, les acteurs et les leaders.
La deuxième approche se focalise sur le caractère polysémique du concept de paysage, qui résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations et sur les représentations des végétaux et des jardins, comme images, textes, vocabulaires et symboles et constructions mentales à la croisée de périodes et de cultures différentes.
La troisième approche est une ouverture vers l’histoire des sciences de la vie et l’épistémologie des relations entre science et pratique dans le domaine du végétal.